A Davos, George Soros étrille Donald Trump

george-soros


Le milliardaire américain s’en est pris jeudi soir au prochain président des États-Unis, le traitant « d’apprenti-dictateur ».

Le milliardaire américain George Soros, très hostile à Donald Trump, a étrillé jeudi soir à Davos le prochain président américain à quelques heures de son investiture, le traitant « d’apprenti-dictateur » qui va échouer dans son mandat, minera le soft power de Washington et prépare une guerre commerciale.

D‘une voix parfois hésitante, l’octogénaire, fervent soutien d’Hillary Clinton pendant la campagne électorale américaine, a multiplié les attaques contre Donald Trump, un « apprenti-dictateur » dont les visées seront bloquées par les contre-pouvoirs institutionnels américains.

Ses actifs ont fondu depuis l’élection

« Il ne s’attendait pas à gagner, cela l’a surpris, il était occupé à développer sa marque (…) et c’est seulement une fois élu qu’il a commencé à penser sérieusement à ce qu’il allait faire », a déclaré George Soros, dont la valeur des actifs a fondu de près d’un milliard de dollars après les élections, selon des informations de presse.

« Il va échouer (dans son mandat, ndlr) parce que ses idées sont par essence contradictoires », a-t-il ajouté, affirmant que les membres de son entourage allaient défendre des intérêts divergents. Et si les marchés financiers semblent saluer la victoire de Donald Trump, cela ne va durer qu’un temps, car les marchés n’aiment pas l’incertitude selon lui.
Interrogé par une journaliste de Bloomberg TV qui retransmettait l’intervention en direct, il a affirmé que Trump « prépare une guerre commerciale » avec la Chine, en référence implicite aux multiples déclarations de Donald Trump sur la politique commerciale et de changes de Pékin.

Soros ne parie pas sur Theresa May

Il a déploré le fait que, quand les Etats-Unis se retrouveront englués dans un combat politique interne, leur « influence positive dans le monde en faveur d’une société ouverte, aussi imparfaite soit elle, va s’éteindre, et cela aura des effets profonds en Europe et dans d’autres parties du monde ».

Concernant le Brexit, il a prédit un « long divorce », que Theresa May ne restera pas longtemps en place et que les Britanniques changeront d’avis. « Il est peu probable que la Première ministre May se maintienne au pouvoir » en raison du rapport de force politique précaire dont elle bénéficie.

Les Britanniques, eux, seraient « dans le déni. La situation économique actuelle n’est pas aussi désastreuse que prévu, ils vivent donc dans l’espoir, mais au fur et à mesure que la devise se déprécie que l’inflation montera, le niveau de vie va baisser », et à ce moment là, ils voudront peut être revenir, a-t-il prédit.

Enfin, George Soros a lu une déclaration condamnant les décisions du gouvernement hongrois contre ses ONG, accusées d’être « sous influence de l’étranger ». « Les menaces faites par des membres du gouvernement hongrois contre la société civile hongroise sont un affront aux valeurs de l’Union européenne (…) La société civile est un élément vital d’une démocratie, de même que le débat sur les politiques publiques », a-t-il déclaré. « Les tentatives d’intimidation et de discrédit contre la société civile sont inacceptables », a-t-il conclu, provoquant les applaudissements d’une partie de l’assistance. (nxp)

[…]20 minutes / AFP


Je vous livre ci-dessous la version complotiste!

Soros veut créer l’Armageddon financier et « déchaîner l’enfer » pour faire tomber Trump

George Soros, le milliardaire mondialiste de triste notoriété, a menacé publiquement qu’il allait « démolir le Président Trump ». Il a aussi affirmé à l’assistance du Forum économique mondial de Davos, que le Nouvel Ordre Mondial fait les préparatifs nécessaires pour anéantir complètement tous les projets de Trump.

S’adressant à un public rassasié lors de son dîner annuel au Forum économique mondial de Davos, Soros a conseillé aux grandes multinationales de remettre à plus tard leurs activités aux USA, jusqu’à ce qu’il ait mis fin à la présidence Trump – ou bien d’en assumer les conséquences.

Interrogé sur les conseils qu’il donnerait aux entreprises qui se préparent au choc de la nouvelle présidence, il a dit : « Je m’en tiendrai aussi loin que possible. »

Gestionnaire de fonds spéculatifs et criminel condamné, devenu célèbre pour avoir gagné un milliard de dollars en pariant sur la dévaluation de la livre en 1992, Soros aurait perdu près d’un milliard de dollars à cause du ralliement du marché boursier à Trump, après sa victoire.

M. Soros a attribué la poussée des marchés à la promesse de M. Trump de réduire la réglementation et les taxes, mais il a dit aux zélites réunies au Forum économique mondial, que le bon temps sous Trump ne durera pas. Soros a dit qu’après l’arrivée de Trump – en moins de 24 heures – , « la réalité prévaudra. »

Soros, un collaborateur nazi juif, s’est dit assuré que les pouvoirs de M. Trump seront limités par le Congrès. « Il ne pourra pas se permettre de jouer au dictateur, » a-t-il ajouté.

Les commentaires de Soros devant les zélites économiques internationales en Suisse, viennent après que les analystes de Wall Street ont commencé à parler de lui comme d’une « bête blessée », et prévenu qu’il « est prêt à tout pour se venger » de la défaite électorale de sa candidate.

Ces dernières semaines, les pontes et les analystes du marché ont gardé un œil attentif sur la « bête blessée », afin d’estimer quelle sera sa prochaine démarche, et des rapports disent à présent que les fonds gaspillés par Soros pour Clinton sont négligeables par rapport à la somme d’argent qu’il dépense maintenant sur le marché obligataire.

Il projette de créer l’« Armageddon financier et de déchaîner l’enfer » qui entraînera le monde occidental, et en particulier les USA, au bord de la ruine. Des flammes surgiront un phénix et ce sera l’apparition du Nouvel Ordre Mondial de Soros.

Soros pense que le marché est le point faible de Trump. Il affirme que Trump n’a « aucune chance » de survivre à sa prochaine attaque contre le marché, et se réjouit parce que le futur Président des USA sera démoli et incapable de se focaliser sur la reconstruction de la grandeur des USA.

Selon un analyste de Wall Street, « Un jour, la façon dont Soros a brisé la Banque d’Angleterre et ruiné l’économie malaise, sera juste considérée comme des échauffements pour le déclenchement de son Armageddon financier mondial. »

Your News Wire, Baxter Dmitry, 20 janvier 2017

Publicités

Une réflexion sur “A Davos, George Soros étrille Donald Trump

  1. Ce personnage est devenu le Karl Marx des temps modernes. Ce fouteur de merde mondial va finir par mourir un jour. Le communisme ainsi que ses sous-groupes affiliés NE FONCTIONNERA JAMAIS. SOROS va mourir comme Karl Marx, amer et seul.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s