Violences faites aux femmes : Emmanuel Macron souhaite un meilleur contrôle de la pornographie

Le mot de M. Menier : Jupiter ne fait pas dans la dentelle! et je respecte ça… alors, va y oblige les FAI à bloqué tout contenu pornographique par un code d’accès parental remis au souscripteur de la ligne! et ne me parlez pas de contraintes techniques, et oui ce ne sera pas parfait… mais limitera grandement l’accès libre et responsabilisera tout le monde… et si toutefois dans l’embarras, tu doit trancher entre liberté, usage de la vie privée et protection de l’enfance… tranche! nous autres vous observons.

Argumentaire de merde dans cette article!!! l’ombre de bergé y plane. Par William Audureau et Damien Leloup 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/

C’est l’un des points sur lesquels Emmanuel Macron s’est montré à la fois le plus véhément, mais le moins précis. Très critique sur le développement de la pornographie, facilité par l’explosion du Web, il a longuement insisté sur le fait que ces contenus devaient être chassés des établissements scolaires, et que parents comme enseignants devaient être davantage sensibilisés au sujet.

Ce qu’il a dit : « Unissant mondes virtuels, stéréotypes, domination et violence, la pornographie a trouvé grâce aux outils numériques un droit de cité dans nos écoles. Nous devons prendre à bras-le-corps ce phénomène que nous avons trop longtemps refusé de voir. Une opération de sensibilisation des parents sera donc lancée à la prochaine rentrée. (…) La pornographie a franchi la porte des établissements scolaires comme naguère l’alcool ou la drogue. »

Cependant, la pornographie et sa consultation par des mineurs sont loin d’être un sujet uniquement scolaire : sa diffusion et a fortiori sa consultation ne se font pas spécifiquement à l’école. La diffusion de contenus pornographiques à destination des mineurs est déjà interdite par la loi, même si dans les faits les textes ne sont pas appliqués ou très peu.

Le gouvernement de François Hollande avait d’ailleurs évoqué, en mars, un projet de blocage des sites Web pornographiques. Il se heurtait à d’importantes contraintes techniques et légales, et à l’absence de solutions réellement efficaces(bla bla bla). Plusieurs pays, et notamment les États-Unis, ont à la fin des années 1990 tenté sans succès d’imposer aux sites pornographiques de demander un numéro de carte bancaire. Une demande vivement combattue par l’industrie de la pornographie, mais aussi par les associations de défense de la vie privée qui estimaient que cela revenait à demander une preuve d’identité.

Seuls les pays qui pratiquent une censure de masse du Web – dont la Chine, où les sites pornographiques sont globalement interdits, y compris pour les adultes – sont parvenus à bloquer largement l’accès à ces sites.

Publicités

Grâce à Macron, les rentiers paieront moins d’impôts… que la plupart d’entre vous !

Le mot de Mustapha Menier : Pardonnez moi mais je vais m’abstenir de commenter toutes les mesures mise en place par jupiter, je considère avoir fait mon job en amont de l’élection… maintenant j’observe les uns, les autres.

Par Emmanuel Lévy Publié le 26/09/2017 à 18:30
Macron, l'homme au bouclier fiscal plus gros que celui de Sarkozy…
Macron, l’homme au bouclier fiscal plus gros que celui de Sarkozy… – AFP
L’instauration d’un prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30% et la hausse conjointe de la CSG de 1,7 point donnent des résultats explosifs. Les revenus mobiliers, notamment ceux des ménages ultra riches, seront fiscalisés à hauteur de seulement 12,8%. Ce taux correspond à celui qui pèse sur un salarié gagnant 3.250 euros.

Il y a deux semaines, Marianne dévoilait le petit calcul de coin de table réalisé par Michel Sapin pour apprécier l’ampleur des cadeaux fiscaux faits par Emmanuel Macron aux plus riches. « Dès son arrivée, Nicolas Sarkozy a été plombé par le bouclier fiscal, qui pesait l’équivalent de 1,4 milliard d’euros. Aujourd’hui, Emmanuel Macron propose un bouclier fiscal 4 fois plus important ! Quand les parlementaires et l’opinion publique vont le comprendre, ça risque de tanguer…», nous assurait l’ancien ministre de l’Economie et des Finances. Petit calcul qu’il a encore martelé sur Europe1 ce lundi 25 septembre.

Ce bouclier version Macron, soit 5,5 millions d’euros pour le 1% des ménages les plus aisés, est en fait composé de deux couches. La première est la transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) en un super impôt sur l’immobilier. La seconde est le passage à la flat taxe des revenus tirés des valeurs mobilières (dividendes et plus-values), jusqu’ici frappés par l’impôt sur le revenu, c’est-à-dire un impôt progressif s’il en est. Mais alors comment cela se passera-t-il pour ces ménages les plus aisés ? Explication.

En l’état actuel du système, les revenus mobiliers (ceux tirés des capitaux) des contribuables concernés par la tranche la plus haute de l’IRPP (impôt sur le revenu des personnes physiques), celle à 45%, sont soumis à deux prélèvements : 15,5% de prélèvements sociaux (CSG, CRDS, etc) + 24,7% de prélèvements fiscaux effectifs sur l’ensemble de leurs revenus, soit un total de 40,2%. Si on le compare à l’impôt sur le revenu, il faut, pour être imposé au même niveau, gagner 120.000 euros par an, soit 10.000 euros par mois, ce qui vous place clairement parmi le 1% des ménages les plus riches.

L’entourloupe du prélèvement forfaitaire unique « à 30% »

Pour l’avenir, le projet de loi de Finances pour 2018, qui sera présenté ce mercredi 27 septembre, instaure un prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30% sur les revenus tirés des capitaux. « Unique », cela signifie qu’il comprendra la totalité des prélèvements sociaux ET fiscaux, qui seront tous fondus dans ce PFU. Une superbe aubaine de voir mécaniquement sa contribution baisser de 10 points, donc. En plus, le PLF prévoit également une hausse de 1,7 point de la CSG, afin de compenser la baisse des cotisations d’assurance chômage et retraite. Au bout du compte, le PFU se décomposera par conséquent en 17,2% de prélèvements sociaux + seulement 12,8% de prélèvements fiscaux.

Or, pour revenir à notre comparaison avec l’impôt sur le revenu (sur les salaires et d’éventuels revenus fonciers), un tel niveau de fiscalité est inférieur… à la première tranche fiscalisée de l’IR, qui est de 14% (et qui frappe chaque euro de revenus compris entre 9.710 € et 26.818 €). Ce taux de 12,8% est plus problématique encore quand on s’intéresse à l’imposition moyenne, c’est-à-dire au taux effectif d’imposition qui se détermine quand on divise l’impôt payé au total par l’ensemble du revenu perçu. Traduction concrète : pour faire un chèque au Trésor public correspondant à 12,8% de ses revenus, un salarié célibataire doit gagner un peu plus de 39.000 € par an, soit 3.250 € par mois. Certes, ce célibataire se trouve déjà à l’orée des 10% des ménages les plus riches, mais il demeure connecté aux classes moyennes par ses habitudes de consommation, son voisinage social et son niveau d’effort fiscal.

Macron ou le bouclier fiscal XXL

Conclusion : le même rentier imposé aujourd’hui comme un salarié ultra-riche sera imposé, grâce au PFU de Macron, l’équivalent d’un salarié gagnant trois fois moins ! Le PFU contribuera donc à satelliser un peu plus le 1% des Français les plus aisés. Et, plus encore, les riches des riches, ces 0,01% qui seront les vrais grands gagnants du bouclier fiscal version Macron, avec un gain moyen proche du million d’euros par an….

Pour la petite histoire, Michel Sapin a sans doute été un peu en-deçà de la main en évoquant un facteur 4 entre les deux dispositifs, celui de Sarkozy et celui de Macron. En prenant comme référence l’année 2013, année de transition entre le bouclier fiscal du « président des riches » et sa modification par son propre gouvernement, l’ancien ministre socialiste a surestimé le montant du bouclier. En réalité, durant les années Sarkozy, la facture du bouclier fiscal pour l’Etat était autour de 800 millions d’euros. Avec plus de 5,5 milliards d’euros annoncés, le bouclier version Macron sera donc près de 7 fois plus épais que celui de Sarkozy…

Les députés adoptent l’obligation de déclarer tous ses identifiants électroniques

Le mot de M. Menier: Bienvenue en Chine.


image dediée
Par le mercredi 27 septembre 2017 à 10:04
Les députés ont voté hier soir les mesures de contrôle et de surveillance individuelles. Dans le lot, a été adoptée l’obligation pour une personne au comportement suspect de fournir l’intégralité de ses identifiants aux autorités administratives.

Le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme poursuit sa route à l’Assemblée nationale. Les députés ont voté tard dans la nuit l’article 3 du projet de loi où se nichent les mesures de surveillance individuelle comme le port d’un bracelet électronique ou l’obligation de pointer une fois par jour au commissariat du coin, outre l’obligation de résider dans un périmètre déterminé.

Une autre mesure concerne tout particulièrement le domaine des nouvelles technologies. C’est l’obligation de fournir ses identifiants. Comme relatée dans notre panorama, elle avait été prévue dès le projet de loi initial, mais avait sauté au Sénat. À l’Assemblée, en appui d’une confortable majorité, Gérard Collomb a réinjecté la mesure.

Cette contrainte pèsera là encore sur la personne « à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d’une particulière gravité pour la sécurité et l’ordre publics ».

Ce n’est à dire vrai qu’une première condition puisque les autorités devront aussi démontrer que celle-ci est entrée « en relation de manière habituelle avec des personnes ou des organisations incitant, facilitant ou participant à des actes de terrorisme » ou bien a soutenu, diffusé ou adhéré « à des thèses incitant à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de tels actes ».

Ceci fait, la personne au comportement et relations louches aura l’obligation de déclarer tous ses « identifiants techniques de tout moyen de communication électronique dont elle dispose ou qu’elle utilise ».

Un seul identifiant oublié, trois ans de prison et 45 000 euros d’amende

Le moindre oubli sera lourdement sanctionné : jusqu’à trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Hier, en séance, un seul amendement sur le sujet a été examiné.

Déposé par des députés de la Gauche démocrate et républicaine il visait à supprimer cette déclaration au motif qu’elle « porte une forte atteinte aux libertés constitutionnelles : respect de la vie privée, secret des correspondances et droits de la défense ».

Selon ses auteurs, comme d’ailleurs les sénateurs, « nul n’est tenu de participer à sa propre incrimination ». Et ceux-ci de revenir sur la décision du Conseil constitutionnel du 4 novembre 2016 qui a rappelé « le principe selon lequel nul n’est tenu de s’accuser, dont découle le droit de se taire ».

Autre argument : cette mesure viendrait heurter le principe de nécessité puisque la loi sur le renseignement prévoit depuis le 24 juillet 2015 une armada de mesures pour « récupérer les identifiants techniques de connexion, sous le contrôle de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement ou du juge administratif, qu’il s’agisse de l’accès aux données de connexion (article L. 851‑1 du Code de la Sécurité intérieure) ou du recueil en temps réel des données de connexion (article L. 851‑2 du Code de la Sécurité intérieure) ».

Enfin, les députés GDR ont jugé « paradoxal » d’inscrire cette obligation dans le droit commun alors qu’elle n’est pas prévue dans le cadre de l’état d’urgence, censé être plus sécuritaire que sécuritaire.

Une obligation adoptée « pour des raisons opérationnelles »

En fin de route, vers une heure du matin, le rapporteur a exprimé un « avis défavorable » expliquant rapidement que l’obligation devait être adoptée « pour des raisons opérationnelles ». Et Gérard Collomb de se délester d’un même « avis défavorable », sans autre explication.

La commission des lois avait déjà expliqué que ces informations, qui ne concernent pas les mots de passe, seront « très utiles aux services de renseignement » puisque ces derniers pourront alors suivre à la trace et en temps réel les personnes concernées. Soit un véritable pont dressé avec la loi sur le renseignement.

En séance, juste avant le vote rejetant cet amendement de suppression, Ugo Bernalicis (FI) a fait cette mise au point : « Donc, je résume : on est suspect, on n’a pas de preuve, on est suspect. On peut se voir poser un bracelet avec le consentement, on doit sinon pointer une fois par jour et puis en plus, on doit communiquer ses identifiants, numéro de téléphone, etc. (…) C’est aller très loin dans la remise en cause des libertés individuelles (…) ou alors les principes évoqués de se taire (…) ne veulent plus rien dire dans cette ère d’infrasoupçon ». (3:46:00 de la vidéo).

En attendant le renouveau Français à l’international!

Allez un gaou à War […] lane, pour ces deux la!

Emmanuel Macron le complotiste !

Le mot de M. Menier : Facile de pointer du doigt les enturbannés, ceci pour regagner opportunément du crédit auprès d’une certaine et non moins vaste partie de la population française, exaspéré par l’exubérance des dit enturbannés… que je n’apprécie guère plus que vous, pour d’autres raisons et depuis bien plus longtemps, mais en rédigeant ce petit mot, j’avais à l’idée de pointer du doigt la responsabilité de la France, qui à fournit vous le savez tous, le plus gros contingent Européen de mercenaires! ceci entre autres choses…

Source : Express

emmanuel-macron-a-varna-lors-d-une-visite-en-bulgarie-le-25-aout-2017_5934522


www.lelibrepenseur.org écrit : Aujourd’hui on a le droit, hier non, impossible, vous étiez traité de complotiste-parano-cerveau-malade… mais aujourd’hui ça passe, ça passe tellement que le président himself peut dire que Daech/ISIS est financé par les amis de la France : la Saoudie maudite et le Qatar ! Incroyable mais vrai. Sauf qu’il n’y aura aucune sanction, aucun bombardement, aucune saisie des comptes des émirs escrocs de ces deux pays ! Curieux non ?

Si vous avez 8 ans, que vous dites que vous n’êtes pas Charlie : menaces, garde à vue, convocation des parents… Si vous financez Daech et le terrorisme international, vous avez le droit d’acheter le PSG, Total, EADS, la place Vendôme et même droit à la légion d’honneur. Quelle est la logique qui fait prendre de telles décisions à nos dirigeants ?!!


Dans son interview au Point, publié ce jeudi, le chef de l’Etat met en cause l’Arabie Saoudite et le Qatar concernant le financement, indirect, du terrorisme.

Dans la lutte contre le terrorisme, Emmanuel Macron franchit un cap supplémentaire -diplomatique- dans son interview fleuve au Point, publiée ce jeudi.

Alors que les dirigeants politiques français prennent soin de ménager les pétromonarchies du Golfe, notamment le Qatar accusé par certains pays dont les Etats-Unis de financer le terrorisme, le chef de l’Etat met en cause l’émirat. Idem pour son très fermé voisin l’Arabie Saoudite, comme l’a souligné ce jeudi matin le chroniqueur de France info Jean-Michel Apathie.

« J’ai établi des relations d’une extrême franchise avec l’ensemble des puissances du Golfe », explique-t-il. Avant d’ajouter: « Dans mon dialogue avec les Emiriens, les Saoudiens et les Qatariens, j’aborde la question du financement du terrorisme. Le Qatar et l’Arabie saoudite ont financé des groupements qui n’étaient pas les mêmes, mais qui ont de fait contribué au terrorisme », assure-t-il à la page 48 de l’hebdomadaire.

Doha mis au ban

Une double mise en cause, indirecte mais rare, qui risque de crisper les relations entre Paris, Doha et Riyad. D’autant plus que l’Arabie Sadoudite et le Qatar sont en froid depuis le début de l’été. Début juin, Riyad, mais aussi les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont rompu leurs liens avec le Qatar et l’accusent justement de financer le terrorisme. Les relations diplomatiques ont été coupées et les frontières fermées. Objectif: isoler Doha dans le Golfe persique.

Une position saoudienne jugée ambiguë. Comme l’assure l’hebdomadaire Marianne, « [Daech, Al-Qaïda] auraient précisément bénéficié de la manne financière saoudienne, selon plusieurs câbles diplomatiques qui ont fuité dans la presse ». Quelques mois après les attentats du Bataclan, LObs s’interrogeait: « L’Arabie saoudite, principal bailleur de fonds de Daech? » Dans son récit, l’hebdomadaire relaie un rapport du Congrès américain, publié en avril 2015, dans lequel il affirme que Daech a reçu des transferts d’argent conséquents venus de donateurs privés du Qatar, du Koweït… et d’Arabie saoudite.

Terrorisme: Gérard Collomb veut mobiliser les hôpitaux psychiatriques pour repérer les individus radicalisés

Gerard Collomb, le ministre de l'Intérieur, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 5 juillet 2017.
Gerard Collomb, le ministre de l’Intérieur, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le 5 juillet 2017. — AFP

Au lendemain de l’attentat de Barcelone qui a fait 13 morts jeudi, le ministre de l’Intérieur français Gérard Collomb a indiqué sur RTL qu’il souhaitait travailler avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour élaborer un dispositif médical pour repérer de potentiels terroristes.

Des protocoles en HP

« Nous sommes en train de travailler avec ma collègue ministre de la Santé pour essayer de repérer l’ensemble de ces profils qui demain peuvent passer à l’acte », a-t-il affirmé. Selon le locataire de la place Beauvau, le gouvernement réfléchit à « mobiliser l’ensemble des hôpitaux psychiatriques et les psychiatres libéraux de manière à essayer de parer à cette menace terroriste individuelle ».

Le ministre de l’Intérieur distingue deux catégories de terroristes. « Vous avez à la fois des attaques planifiées comme celle qui vient de se produire en Espagne et puis vous avez des gens qui se radicalisent brutalement avec souvent des profils psychologiques extrêmement troublés », estime l’ancien maire de Lyon. C’est ce deuxième type de profils qu’il souhaiterait déceler en amont au sein des structures psychiatriques.

Selon Gérard Collomb, des « protocoles » pourraient être développés pour faire face à un « certain nombre de gens [qui] ont des délires autour de la radicalisation islamique ».

L’objectif serait d’« échanger avec celles et ceux qui les côtoient » pour les empêcher de nuire.


Le mot de Mustapha Menier : Je rêve ou ils sont en train de parler d’internement préventif ? allez y mettez les en prison ou en résidence contrôlé ça sera moins violent que de leur shooté le cerveau avec vos saloperies chimiques, les quelques gars qui réussiront à s’en remettre risque pour le coup d’en devenir des vrais terroristes… c’est ptet le but recherché aller savoir.

Vaccins/Plombages : le mercure est-il un poison mortel oui ou non ?

Le mot de Mustapha Menier : Mercury is the Roman name for the Greek god Hermes, the protector of travelers, thieves and merchants. On the periodic table of elements, the chemical symbol for mercury is Hg, from the Latin word – Hydrargyrum – meaning liquid silver. For quite some time, we have known that high concentrations of mercury can be toxic to humans; the first account of mercury poisoning was recorded as early as 50 B.C. Today, we recognize that mercury is a neurotoxin and that high levels of exposure can lead to serious illness and, in extreme cases, death. Since the 1950s and 1960s, a growing body of scientific evidence has suggested that mercury emissions from human activities, called anthropogenic emissions, are having widespread impacts on environmental and human health.

Mercury is characterized by several unique properties that people have found both novel and useful through the ages. For example, it is the only metal that is a liquid at room temperature and it evaporates, or vaporizes, relatively easily. Mercury can also combine with other metals to make « amalgams », or solutions of metals, and has been used in the extraction of gold because of this property. One of the first metals to be mined, it was found in Egyptian tombs dating back to 1500 B.C. Mercury has been a part of the occult arts and human folklore and has been used in medicine, science and technology for millennia. In the modern world, there are many cultural, commercial and industrial uses for the metal still in practice.

Aguelid

20170819_160848


Il est plus simple, plus aisé d’éliminer le mercure des thermomètres (ce qui a été fait le 1er mars 1999 !), de l’enlever des piles de vos appareils électriques… afin de protéger l’environnement, que de discuter de sa dangerosité dans les vaccins que vous injectez à vos enfants. La médecine du travail en France peut faire stopper une usine de 1000 travailleurs pour quelques milligrammes de mercure de trop par mètre cube d’air mais on peut en mettre plusieurs grammes dans la bouche d’un adulte et en injecter 30 fois à un gamin de 6 ans qui a respecté le calendrier vaccinal !

Est-ce logique ? Est-ce acceptable intellectuellement parlant ? Certainement pas. Qu’est-ce qui rend impossible toute discussion sur ce sujet ? Le lobbying de Big Pharma et de ses laquais stipendiés à coups d’enveloppes et de séjours luxueux gratuits…

Pourtant, un nombre très important de livres existent sur la question de l’intoxication au mercure, heureusement réversible, dont par exemple : Vérités sur les Maladies émergentes (2015) et Maladies émergentes : comment s’en sortir ? (2015) de Françoise Cambayrac dont on a maintes fois parlé, sans oublier celui du Dr Jean-Pierre Willem, Les dégâts des métaux lourds : Prévention et détoxication naturelle (2014) et bien d’autres ouvrages traitant de cette question essentielle de santé publique ! Le déni des autorités est flagrant mais ce n’est plus qu’une question de temps avant d’en parler ouvertement dans les médias lourds, comme cela a été le cas pour l’amiante, le Mediator©… Malheureusement, d’ici là, les victimes seront encore plus nombreuses !

Pour les plus déterminés, voici le livre d’un avocat, Me Jean-Pierre Joseph, intitulé Vaccins – On nous aurait menti ? L’avis d’un avocat (2013) sous-titré Comment éviter la vaccination de vos enfants en respectant la loi ! Livre qui peut répondre à bon nombre de questions et d’inquiétudes des parents.

Winter is coming : les députés n’auront plus besoin d’un casier judiciaire vierge !

Le mot de Mustapha Menier : Une décision que j’approuve, en effet un quidam ayant entaché son casier judiciaire durant sa jeunesse ne doit pas être empêché devenu adulte d’apporter son expertise, sa dévotion à la cité, la loi qui doit être acté et celle de la non-éligibilité à vie pour un politicien en service reconnu coupable d’abus de biens sociaux, de trafic d’influence ect ect…

« APL, 5 € de moins… Le terrible choix entre le dernier iPhone et se loger ! »…

Le mot de Mustapha Menier : Article vomitif, démagogie et duperie! l’avènement du Macronisme aura permis de lever le voile sur cette caste embusqué de castré, qui criait haro* sur la remise en cause de l’universalité des aides à l’enfance.

*Cette coutume de la clameur de haro témoigne de l’attachement séculaire de la Normandie au respect du droit. Le premier exemple le plus mémorable de l’usage qui en a été fait eut lieu à l’occasion de la mort, à Rouen au mois de septembre 1087, de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d’Angleterre.


J’entends déjà le concert de misérabilisme, les procès évidents en inhumanité…

5 € de moins par mois… vous n’y pensez pas !!

Mais quelle honte, quel scandale… comment font faire les forcément-gentils-pauvres ?

Pire, comment vont faire les forcément-gentils-pauvres étudiants qui n’ont que la peau sur les os?

Justement, à propos de peau sur les os… regardez cette photo d’enfants décharnés.

Et parlez-moi de pauvreté.

Regardez cette photo d’enfants décharnés et ayez l’outrecuidance de me parler de la pauvreté pour 5 euros.

Parlez-moi de tous les gentils pauvres de France et regardez cette photo d’enfants décharnés… Trouvez une seule personne dans cet état dans notre pays. Une seule.

Vous trouverez des obèses, même chez les pauvres, la faute à la malbouffe paraît-il, mais rarement des décharnés.

Les décharnés, il y en a des millions, chaque jour, qui meurent. Des enfants dont la vie ne vaut pas moins que celle de nos gentils pauvres à nous qui se plaignent et couinent pour 5 euros… D’autres ne couinent même plus.

Attention à ce que nos couinements ne soient pas indécents

Et là, sans aucun conteste possible, sans hésitation aucune, ils sont totalement, intégralement, complètement indécents. Et ce qui est excessif est insignifiant car ridicule.

C’est juste qu’à un moment, il faut relativiser un peu les réalités.

Maintenant que l’on relativise la gravité de la chose, nous allons pouvoir en parler j’espère de façon moins crispée et idéologue !

Il va falloir choisir comment dépenser son argent, et cela va faire beaucoup de bien à beaucoup de gens !

Entendez-moi bien. Je suis pour ne laisser personne sur le bord du chemin. Personne. Je pense que “charité bien ordonnée commence par soi-même” et qu’avant d’aller nous occuper de toutes les misères du monde, nous ferions mieux de nous occuper des nôtres. Je ne pense pas à ces enfants qui illustrent cette photo, mais aux flopées de migrants que nous allons chercher à quelques kilomètres à peine des plages libyennes…

Je pense aussi que nous mélangeons tout et que la solidarité à la française est devenue un vaste n’importe quoi, un gloubi-boulga stupide où tout se vaut.

Je crois aussi à la responsabilité personnelle, aux choix de dépenses, au fait que chacune et chacun de nous, y compris les “pauvres”, sommes des agents économiques rationnels et intelligents.

Remboursez tous les médicaments à 100 % y compris le Doliprane à 1,80 euros la boîte, payez le logement, et vous alimentez la hausse des prix comme vous le faites dans l’immobilier en défiscalisant les investissements ou dans les panneaux solaires qui n’ont jamais été aussi bon marché que depuis qu’ils ne sont plus subventionnés.

Si Apple peut vendre des millions d’iPhone en France et Nike ses paires de chaussures made in China à 300 euros, c’est parce que nous avons la sécu et les APL ! Les bénéfices d’Apple et de Nike (ce ne sont que des exemples) ne sont dus qu’à notre système social généreux qui permet aux gens d’acheter ces trucs-là !

Alors un agent économique rationnel, quand on ne lui paye plus ses cachets, ou ses APL, et c’est valable encore plus pour les étudiants, s’achèteront simplement un mois plus tard ou deux le dernier iPhone ou les dernières Nike Max Air-plus à coussin d’air supérieur intégré… Ils préféreront logiquement d’abord se loger, puis se soigner. Et rétablir cette hiérarchie de la valeur accordée aux choses n’est pas seulement une question économique.

C’est un devoir moral que de remettre chaque chose à sa place car encore une fois… tout ne se vaut pas.

Pour les autres, ils arrêteront de rouler dans des Béhèmes et autres Mercedes certes d’occasion mais pour lesquelles l’entretien reste sans commune mesure avec celui de ma Dacia…

Oui mais les vrais pauvres ? Vous en faites quoi, hein ?

Haaaaa… voilà la vraie question.

De vous à moi, le vrai pauvre ne paye rien. Le faux pauvre aussi d’ailleurs et c’est le problème.

Il ne paye ni les soins, ni le logement, ni la cantine pour ses gosses, ni le centre de loisirs.

Ce sont les faux riches qui payent, raquent, se serrent la ceinture pour tous les faux pauvres qui hurlent à la mort pour 5 euros ! Franchement ? Qu’ils hurlent, et je peux vous dire qu’ils n’ont pas fini de couiner. Pas parce que cela me fait plaisir – je n’aime pas les couinements ! Mais parce qu’il n’y a plus d’argent !

La véritable justice sociale consiste à un moment d’avoir le courage de dire que les faux riches ne sont pas si riches ni assez nombreux pour payer les baskets et les téléphones sans parler des logements de tous ces faux pauvres.

Pour s’occuper des vrais pauvres, il faut que les faux pauvres, eux, voient se réduire les aides, allocations et tout ce système d’aides à la française que l’on ne peut tout simplement pas financer.

Ne vous inquiétez pas pour les vrais pauvres. Ils ne payent pas leur logement, et les 5 euros par mois finiront par être pris en charge par les offices HLM qui verront leurs bénéfices se réduire un peu, ce qui n’est pas si gênant que cela.

Et les gentils-zétudiants, vont faire quoi hein ?

Eh bien rien, ils iront travailler un peu en faisant serveur ou en prenant un job d’été, et puis cela compensera. À un moment donné, il faut quand même dire que les choses ne sont pas faciles, et que le succès c’est la récompense de l’effort. Je ne parle pas du succès au bac qui est donné à tout le monde. L’étudiant qui travaille en plus de ses études est non seulement parfaitement estimable mais dans ce monde de mous et d’avachis, c’est évidemment une preuve de courage, de force et de volonté.

Il a nettement plus de chance de trouver du travail et vite.

Pour les autres gentils-zétudiants, 5 euros c’est une bière en moins à Paris par mois, ou un demi-paquet de cigarettes… Bref, une austérité qui, je vous l’assure, sera parfaitement gérable ! Un peu de courage diantre !

Quant à tous les faux pauvres et de manière générale toute la population, cela fait des années que je fais partie de ceux qui disent qu’à un moment, l’heure des comptes arrivera et qu’il faudra choisir entre la faillite et l’austérité tout en sachant que nous sommes déjà allés tellement loin que les conséquences de la faillite ou celles de l’austérité seront sensiblement identiques.
5 euros par mois hahahaha, un demi-paquet de clopes ou se loger hahahahaha, cet effort n’en est juste pas un et les couinements que vous entendez déjà montrent l’impréparation massive de notre population et sa méconnaissance des réalités parce qu’une classe politique inconséquente a fait croire depuis presque 50 ans que l’on pouvait raser gratuitement sans problème et pour l’éternité.

Vous avez dansé tout l’été ? Eh bien couinez maintenant !

Je vous laisse imaginer la situation de notre pays le jour où le RSA ne sera plus versé et les pensions plus payées… Imaginez juste l’état de notre pays ce jour-là. Ensuite lisez la phrase suivante… Elle vous paraîtra sans doute évidente.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

Un collectif va lancer une action de groupe «Nous allons attaquer en justice quatre laboratoires pharmaceutique»

Les familles accusent des vaccins produits par Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline d’avoir rendu leurs enfants autistes.

Capture-d%u2019écran-2017-07-24-à-19.37.49-1024x676

L’association Autisme Vaccination, accompagnée de près d’une centaine de familles, va lancer une action de groupe contre quatre laboratoires pharmaceutiques en septembre prochain auprès du Tribunal de Grande instance de Paris, rapporte Le Parisien lundi. Ces parents accusent les vaccins d’être à l’origine des troubles autistiques de leurs enfants.

source: Europe1