Fermer

Loss Aversion – Cut Losses Short & Let Winners Run

Le mot de Mustapha Menier :

Loss Aversion – Cut Losses Short & Let Winners Run


If you’ve been trading for a while, you’ve probably heard the following ubiquitous mantra of trading:
“Cut Your Losses Short & Let Your Winners Run”.

Why Should You?

Stocks can literally go to zero. It happened many times before and will happen in the future, regardless of how big the company is.
MANY oil and coal companies recently filed for chapter 11 bankruptcy and their stocks got delisted. You may also remember Lehman Brother and General Motors. What happens when your stock falls off a cliff and gets delisted? You simply lose all the money you invested in that stock.
Also, the other reason why it is so important to cut your losses while they’re still small, is for the simple arithmetic reason that it is more difficult to recoup your money after a loss.

For instance, let’s say you had $10,000. If you lose 50% of your money you’re left with $5,000. So with $5,000 left, just in order to get back to $10,000, you’ll have to make a profit of 100%!
Moral of the story: cut the hell out of your losses while they’re small.

What about letting your winners run?
Well given the fact that even the best of the best traders usually have a long term win/loss ratio of about 50% (meaning they’re right about 50% of the time), it is obvious that the only way to make money is to make much more when you win, than when you lose. So you should not only take trades that have the potential to generate a profit much larger than the potential loss, and you should ride the trade as long as the trade is making you money. A big winner will make up for all the small losses you’ll incur.

Why is it so difficult?
Although cutting your losses short and letting your winners run” may seem logical, it can be extremely difficult to follow when money is on the line. If it was easy, everybody would be making tones of money. But why is it so difficult?

The short answer is because of how our brain is wired.
Indeed, we, humans, have a very old brain which makes us prone to many cognitive biases. Those biases cause us to often act irrationally when faced with a stressful situation.
In trading, when we’re faced with the risk of losing money, one of the main cognitive bias we tend to suffer from is “Loss Aversion”, a concept that was demonstrated by psychologists and behavioral economists Amos Tversky and Daniel Kahneman.

Basically, “loss aversion” refers to our tendency to prefer avoiding losses rather than acquiring equivalent gains.
In other words, our nature dictates that we are more likely to let our losers run, in order to avoid taking a loss, and cut our winners short in order to avoid losing the small gain we have. Yes, that is the exact opposite of what we have to do in order to make money consistently in the markets.

Two of the cardinal sins of trading – giving losses too much rope and taking profits prematurely – are both attempts to make current positions more likely to succeed, to the severe detriment of long term performance” – William Eckhardt

There are many other cognitive biases that are at play when we trade such as the confirmation bias, the blind sport bias, the availability heuristic, the disposition effect, the gambler’s fallacy, the survivorship bias, … but we’ll talk about them in future posts.

How to put yourself in a position to respect these 2 rules

So what can we do in order to bypass our natural tendency to loss aversion and put ourselves in a position to make money?
Here are several strategies that can help you cut losses short & let winners run:

1- Have a clear trading strategy and plan every single trade

I know where I’m getting out before I get in” – Bruce Kovner

As soon as you have a well-defined strategy, you’ll be able to know where you’re going to sell before entering a trade. You’ll know your stop loss level, and then if the position starts being profitable, you’ll know exactly when and where you’ll move your stop (using, for instance, volatility stop, moving average cross, …).
If you don’t know where to sell prior to entering a trade, do NOT enter the trade. Period.

2- Be rational
When in a losing position, we’ll often rationalize that we still haven’t taken the loss as long as we haven’t sold, while hoping the stock will come back to our breakeven point – even though it sometimes never does.
Well, here is the reality: you ALREADY have the loss. Whether you call that a “paper” loss or a losing position, the loss is very real. If you needed the money right away, you wouldn’t be able sell the stock for the price you paid for.
Also in this type of situations, you start being married “til death do us part” to your position. But there are undoubtedly other better trades that will come along the way.
While what’s left of your money is stuck in that losing position, you could be missing on a huge winner that would have not only helped you recoup the money you lost but also made you a profit.
So staying in a losing position is a bit like getting a surgery from a surgeon who killed his last patient. In the same way as you would get a better surgeon, get rid of your losing position and wait for a better one.

3- Stop looking at your position all day long
The daily fluctuations can drive you absolutely crazy and will tempt you to deviate from your plan.

The market moves in ways that will consistently tempt you into believing you don’t need to follow your rule this time” – Mark Douglas

Once in a position, just stop looking at it and do something else until a real sell signal (as per your own rules) occurs.
Enter your stop loss in the system or setup an alert, and go enjoy life.

4- Stop looking at your P&L
If you really have to watch your positions from time to time, you should not watch the profit & loss amount or percentage.
You should watch the chart instead. Seeing dollar figures or percentage figures will accentuate your proneness to loss aversion.
Do NOT watch your P&L but watch only the chart instead. Just place your stop loss level on the chart, and when it’s hit, just sell accordingly.

Publicités

Chinese Miners Sell Hardware Amidst Regulatory Uncertainties

MM said : commies, if this shit gets cheap enough I’m buying a half dozen

Chinese Miners Sell Hardware Amidst Regulatory Uncertainties
Market. Capitalisation.
$ 100.07 Milliards

It has been reported that an increasing number of Chinese bitcoin miners are liquidating their hardware via second-hand trading platforms. Many of the miners are selling their equipment due to fears that China’s cryptocurrency crackdown may be intensified to target miners.

Many Listings for Undervalued Mining Hardware Have Emerged Following the Chinese Central Government’s Crackdown on Cryptocurrency Exchanges

Chinese Miners Sell Hardware Amidst Regulatory Uncertainties

One miner based in Wuhan is liquidating 50 motherboards at below market value via the Alibaba owned second-hand trading platform Xianyu. The listing stated the “boards were manufactured this June”, and have only been used “for two months”.

A Chinese miner has told reporters that he is selling his equipment in due to the looming threat Beijing may seek to further its crackdown on cryptocurrencies. The miner stated that he doesn’t “care about [the] bitcoin price anymore. There are too many regulat[ory] uncertainties. You know the government always adopts an interventionist approach in its economy. What if the authority one day suddenly announces that it’s illegal to hold coins? Now I just want to sell out all of my miners and ASICs. No more roller coasters in my life.”

Concerns pertaining to the threat of a Chinese crackdown on bitcoin mining are influencing the operations of industrial as well as retail mining entities. An anonymous source has alleged that Bitmain is transferring their mining operations overseas as a precautionary measure designed to evade any future regulatory hurdles that may arise in China.

Not Everyone in China Is Preparing for Regulators to Target Miners

Chinese Miners Sell Hardware Amidst Regulatory Uncertainties

A computer hardware retailer, Mr. Fu, told reporters that he is planning on stocking large quantities of GPUs and ASICs, expressing his expectation that the mining industry will continue to grow in future.

Chinese media outlet Caixin recently published an article that refutes the concerns pertaining to the Chinese government extending its cryptocurrency crackdown to target mining. The publication asserts that an anonymous source who is “close to regulators” have claimed the fears regarding a government attack on miners is “false.”

According to Caixin, an operator of a mining has stressed the benefits reaped by bitcoin mining to the Chinese economy as a deterrent against excessive regulatory interference. The source is cited as depicting bitcoin mining as a nascent boom export industry, stating that “domestic [miners]… mostly export to foreign countries, earn[ing] foreign [currency” that has “to come back into the yuan.”

Do you think that China’s bitcoin miners will be subject to further will continue to operate free from regulatory interference? Share your thoughts in the comments section below!

La Russie va lancer sa propre monnaie virtuelle, le CryptoRouble

Désireuse de réguler le marché des crypto monnaies sans pour autant ériger trop de barrières, la Russie s’apprête à lancer sa propre monnaie virtuelle : le CryptoRouble. C’est aussi l’occasion, pour elle, de devancer ses voisins européens, selon le ministre russe des télécommunications, Nikolaïi Nikiforov.

Alors que la Chine et la Corée du Sud ont récemment décidé d’interdire les levées de fonds liées à la crypto monnaie, la Russie s’apprête à lancer sa propre monnaie virtuelle, le CryptoRouble, comme le rapporte le site spécialisé CoinTelegraph.L’annonce a été officialisée par le ministre russe des télécommunications, Nikolaï Nikiforov : « Je peux affirmer avec certitude que nous lancerons le CryptoRouble pour une raison toute simple : si on ne le fait pas, d’ici deux mois, nos voisins de l’Eurasec[la communauté économique eurasiatique, disparue en 2015 mais dont l’union douanière est conservée] le feront. »

À défaut de pouvoir être minée — une pratique qui se répand de plus en plus sur le web –, le CryptoRouble sera échangeable contre des roubles sans frais. Sauf si leur propriétaire ne peut justifier de sa provenance : dans ce cas, une taxe de 13 % est imposée. Un moyen pour la Russie de limiter les dérives de la crypto monnaie sans pour autant proscrire les pratiques les plus populaires qui entourent cette économie.

bitcoin monnaie virtuelle bitcoins

OBJECTIF : RÉGULER SANS « ÉRIGER TROP DE BARRIÈRES »

L’annonce a été accueillie avec circonspection par de nombreux internautes, qui dénoncent une monnaie-fiat — une devise décrétée par un État. « Ce CryptoRouble n’est pas du tout une crypto monnaie. D’un point de vue matériel, ce n’est même pas une devise Internet puisque quasiment tout, de sa création à sa distribution en passant par son développement, n’a rien à voir avec les crypto monnaies disponibles » regrette ainsi l’un d’entre eux sur le site de CoinTelegraph.

Début octobre, Vladimir Poutine s’inquiétait ouvertement des potentielles dérives de ces monnaies virtuelles (blanchiment d’argent, évasion fiscale…) : « L’utilisation de crypto monnaie comporte de sérieux risques ». D’où son appel à créer un « espace réglementaire » sans pour autant « ériger trop de barrières ».

La solution prônée par le ministre des télécommunications semble assurer l’équilibre recherché tout en permettant potentiellement à la Russie de contribuer à la bonne santé de son économie en gardant la main sur cette crypto monnaie, le tout sans s’appuyer sur des devises étrangères. Aux Émirats arabes unis, Dubaï a pour sa part lancé sa propre crypto monnaie, l’EmCash, pour favoriser l’essor de la blockchain.

Lucien Chen join the TRON

Le mot de M. Menier : Actuellement disponible sur la salle de marché Liqui.io à un prix très intéressant, je vous garanti une plus-value mirobolante fin 2018.

Lucien Chen TRON

Lucien Chen a déclaré: «Je pense que la blockchain est la base de tous les développements technologiques futurs, et le projet TRON est le point de départ de la future scène du divertissement en ligne. Je suis impatient de grandir avec TRON et de travailler ensemble pour créer un nouveau monde. »

Previously, Chen has worked for Tencent

announced the hiring of renown Big Data expert Lucien Chen, who will join the TRON team, effective immediately.The Singapore-based TRON Foundation and has Alibaba, and has officially joined the TRON team as Technical Lead, responsible for the main chain development of TRON. Chen will make the coordinated plan for TRON’s global technical teams and arrange all project development schedules.

Lucien Chen has served in many first-tier Internet companies, such as Netease (NASDAQ:NTES), Youdao, Tencent (00700.HK), Qihoo 360(NASDAQ:QIHU) and SM search (Alibaba P8 +). With capabilities of developing million-level system architecture, Chen has rich experience in big data, advertising algorithms, DMP systems, BT systems, CTR platforms and high concurrent system framework designs.

Chen also has proven experience in operations,strategicplanning and business integration, plus a deep understanding of cryptography, following and investing in Bitcoin from an early stage.

Lucien Chen said, « I believe that the blockchain is the base for all future technological developments, and the TRON project is the starting point for the future online entertainment scene. I am looking forward to growing with TRON, and working together to create a new world.”

Justin Sun, the founder of TRON, said, “Mr. Chen has an excellent occupational background and profound professional expertise. His technical strength and knowledge will help TRON reach its professional goals according to the challenging timescales we have set. I believe that with Mr. Chen leading our team, TRON will live up to the expectations of our supporters.

TRON is a blockchain-based decentralized protocol that aims to construct a worldwide free content entertainment system, complete with distributed storage technology. The protocol allows each user to freely publish, store and own their own data. As the TRON blockchain is in an autonomous form, the platform decidesthedistribution,subscription and push of content, thus forming a decentralized content entertainment ecosystem.

TRON was founded by Justin Sun, the former Chief Representative of Ripple in Greater China, and according to coinmarketcap.com, the authoritative virtual currency information website, the total market value of TRON official tokens (TRX) has ranked in the Top 40 with a value of more than $160 million.


IN TRON WE TRUST

Article spécialement relayé pour mes lecteurs des USA, ravi de voir que vous semblez apprécier mon journal, je vous livre ici ma (précieuse) recommandation, nul doute que vous saurez en tirez profit et ainsi remercier gracieusement – peut-être – votre généreux prescripteur.

Sans titre

Adresse BTC : 1GNFdasNmuc33wndXpps6e5d9trND9GHHp

 

 

 


Could This Millennial ‘Crypto’ Tech Visionary Be The Next Jack Ma?

trx.png

  ,  

There are not many people who are truly believed to be the ‘next Jack Ma’, founder and executive chairman of Alibaba. Enter, stage right, Justin Sun, an ingenious visionary with the determination to make his businesses global game changers. Now could he really be the next Jack Ma in the making?

Sun is the founder and CEO of TRON, a blockchain-based and open-source platform for the global digital entertainment industry, with an upcoming Initial Coin Offering (ICO) scheduled for this September.

TRON has already transcended Bitcoin and Ethereum to become the first smart contract blockchain protocol with over 10 million (m) wallet users in the world.

As a decentralized digital entertainment protocol based on the blockchain, TRON enhances digital entertainment platforms around the world, including live shows, social networks, online casinos and games as well as mobile games, by providing functions of payment, development, storage and credit sharing.

And, there was me thinking of the 1982 sci-fi action film ‘Tron’ starring Jeff Bridges as a computer programmer transported inside the software world of a mainframe computer, where he interacts with programs in his effort to escape.

Fast forward and now for the first time in history, TRON introduces the concept of the shared economy into the digital entertainment. It puts texts, pictures, videos and live broadcasts in distributed storage with the users on the platform being content producers.

Justin Sun CEO and Founder of Chinese blockchain-based and open-source platform TRON.

The protocol used by TRON currently enables the digital entertainment content providers to interact with ordinary users to what is touted as an unprecedented level – without having to pay a high price for Google Play, Apple Store and other distribution platforms.

Interest in TRON is running on high as it is already showing the same magnitude and growth path as Chinese e-commerce giant Alibaba, gaining the financial backing and seals of approval from some of the biggest business names in the world. Well, in China to be precise.

The list of protagonists include Tang Binsen, the founder of Clash of Kings; Dai Wei, the founder and CEO of OFO bike, one of the largest sharing economy companies in China; Chaoyong Wang, founder of China Equity Group, one of the largest investment groups in China with market value of over $2 billion (bn); Yin Mingshan, LiFan group founder and one of the largest motor manufacturers in China; Yang Linke, the founder of BTCC.com.

They are joined by Xue Manzi, one of the most famous Angel Investors in China, Huobi.com and Jubi.com amongst others.

The global market for digital entertainment products has been estimated according to various sources to be worth approximately $1 trillion, split between lifestyle ($200bn), online betting ($500bn), online gaming (c.$100bn) and information sharing ($100bn).

Sun, who has appeared among the ranks of the Forbes China « 30 under 30 » in both 2015 and 2017 plus Forbes Asia « 30 under 30 » this year, was personally invited to become one of the first students of Hupan University. Located in Hangzhou in eastern China’s Zhejiang Province, the university was founded by Chinese business magnate Jack Ma who has net worth of around $36.4bn.

There were less than forty students lucky enough to be enrolled in this ‘life-changing’ course, where one of the lecturers was none other former English lecturer Mr. Ma himself.

Alibaba Group Chairman Jack Ma speaks during the Boao Forum For Asia Annual Conference on March 23 2016 in Qionghai, Hainan Province of China. (Photo by VCG/Getty Images).

Sun, a 26-year-old who is based in the Haidian District of Beijing and hails originally from Shandong Province on the coast by the Bohai Sea, became part of the cryptocurrency community back in 2012 with his first purchases of Bitcoin.

A year later he joined Ripple and worked as the chief representative of Greater China. He helped Ripple with the successful completion of their first-round financing, which totaled $30m and subsequently it them becoming one of the world’s top three virtual currency systems.

Peiwo App & Smart Contract Protocol

In 2015, Sun, who graduated from the University of Pennsylvania with a Masters Degree after studying for a Bachelor’s at Peking University, started a project called Peiwo, an app that is now one of the largest audio-based live show platforms in China, with over 10m registered users and around 1m monthly active users.

This September the Peiwo app will become the first TRON-compatible entertainment app and the first live show software in the world to support a ‘smart contract protocol’ of virtual currency, allowing those 10m registered users to benefit from the additional functions of virtual currency.

Commenting on developments, Sun said: “This is only the first move of TRON. Next, we will provide the infrastructure construction for entertainment systems around the world, including online casino and games. Additionally API access will be provided to facilitate robust settlement services. Our first move, though, is for TRON to make the Peiwo app benefit from its blockchain network.”

What TRON provides is a shared platform for the whole entertainment market to maintain user information and share it between systems, and is claiming that in so doing it is “breaking down information barriers” between apps.

It is explained that in this way users can significantly reduce information input efforts in specific apps, while developers can realize highly effective interactions in the realm of user identification, reducing duplicate identification costs, and preventing the risk of user information being stolen and leaked by intermediate agencies.

TRONIX Token

The token of the TRON platform, TRONIX, tracks users’ entertainment behaviors and shares credit data with apps within the TRON network.

TRX has additional values of information storage and identification, with records about user acquisition and TRX spending stored in the blockchain. Core information will be accessed by all TRON apps, acting as the only credential for users to play in the global entertainment system.

While TRON will support all kinds of virtual currencies, as the official currency of the platform, TRX will be used for the conversion and circulation of the entire world’s virtual currencies in TRON.

Sun boldly added: “We are very confident that TRON will reach a target of one million wallets registered within a year. The first  million registered users will be rewarded with considerable TRX tokens by registering on the TRON platform.”

Justin Sun, CEO and Founder of TRON, at work.

Information, Credit Sharing & Global Payments

Nowadays, as entertainment apps and systems have short monetization cycles and lifecycles, individual developers cannot store or maintain users’ credit information in a particular entertainment system, so every entertainment system is almost like an information silo.

Before TRON, a global digital entertainment system would be faced with various problems with respect to payments. For example, if an Iranian wants to buy digital product from Japan, it is a problem for the user to pay the Japanese company in question. The payment chain and procedure are prolonged as it is impossible for a user to open a bank account in Japan only for this purpose. Through this platform, global payments are much more simplified.

Removing Barriers & Reducing Costs

The traditional online entertainment industry features high gross profits and high transaction volumes on a global scale. However, each entertainment system has its inherent token barrier. As a result, a user of a particular system using a different sub-system or app will incur a high transaction fee, so making it more difficult for users to switch between systems and apps.

Based on the TRON network, token barriers will be removed – or at least that is the theory. In the entertainment network, a payment settlement interface between systems will be created, realizing a trustworthy transaction information flow. This way, trust between people in numerous social and gaming links will evolve into trust between humans and technology.

Deep Integration

The TRON network has built an entire set of consensus mechanisms, which uses minimum costs to solve identification and personal credit issues in online transactions. It uses ‘point-to-point’ transactions to avoid traditional centralized settlement structure.

Furthermore, the network can play the host role between users and developers, to ensure authenticity and compliance of credit information. These advantages are being held up as “significantly improving” the efficiency of the global entertainment economy.

A decentralized economy is itself a typical feature of a market economy. Reduction in transaction costs will stimulate great increases in consumer demand, ushering in a new, vibrant growth of the global entertainment economy.

Blockchain Networks & Smart Contract Systems

TRON supports various kinds of blockchain networks and smart contract systems including Bitcoin, Ethereum, EOS, Qtum, and provides developers with multi-protocol infrastructure for entertainment app development and allows users to benefit from what it is described as “smooth” multi-protocol smart networks.

The TRON protocol has brought forth the new era in autonomous and trustworthy gambling, solving the issues of trust and providing developers the best environment for gambling game development.

Gaming companies are allowed to issue any platform-specific gaming currency and trade freely with the other game publishers within the TRON protocol, which will offer an intelligent contract guarantee system for the trades of different gaming currencies.

This is trumpeted as ensuring that all transactions are complete and smooth, thereby laying the foundation for a globalized and deregulated gaming environment.

In terms of the timeline for TRON going forward between now and December 2018, there are plans for the protocol preparation, the APP release and protocol go-live. Completed development of TRON’s first betting APP is set for early next month (September 7).

Justin Sun believes the future is bright. “I believe TRON will bring some major changes to today’s online entertainment industry and will endow the entire digital entertainment industry with a sense of globalization.”

He added: “Previously, as laws and regulations vary in different countries, there is not a universal digital currency system for the digital entertainment industry. With our current and future developments, we would like to think that we are set to shake the global, digital entertainment sector to the core.”

Given that Sun is half the age of Jack Ma he has many years ahead of him to emulate the Chinese billionaire, succeed and also make a few mistakes along the way. As Ma himself has revealed he was rejected from every job he applied for after college – including KFC – and in 2015 told journalist and talk show host Charlie Rose that he was rejected by Harvard ten times. So, get used to failure and learn lessons from it.

But no doubt his protégé will have gleaned some pearls of wisdom from the tycoon during his time at Hupan University. We could all do with some of that.

The forthcoming Initial Coin Offering (ICO) for TRON, which is being advised by Hai Liu, CEO and co-founder of Beico and partner at GSR Values, together with angel investors Weixing Chen and Charles Xue, is scheduled to commence on September 9, 2017.  


Follow Roger, who has penned various investment stories over the years, on Twitter @AitkenRL, LinkedIn, Forbes, Google+. He is involved with the Campaign For Fair Finance in the UK.

2067, quand argent et valeur se réinventent

Le 20.09.2017 Par : Cyril Fiévet - Usbek & Rica

[Copublication] L’univers de Star Trek – la série de science-fiction qu’il n’y a guère besoin de présenter – se caractérise notamment par la disparition de l’argent, devenu totalement obsolète. Le travail est indissociable du loisir, les ressources sont abondantes, distribuées et partagées, intelligences artificielles et robots assurent les tâches ingrates, tandis que des réplicateurs, librement disponibles, permettent de tout produire à la demande.

D’autres auteurs ont caressé des utopies similaires. Cory Doctorow, journaliste et blogueur émérite, décrivait dans un roman de science-fiction en 2003 une société où la monnaie traditionnelle a été supprimée pour devenir entièrement basée sur la réputation des personnes. La richesse provient alors de leurs actions et comportements, et de la façon dont ils sont jugés et appréciés par les autres.

Quelques années plus tard, le film In Time OUT proposait une vision plus pessimiste, avec un monde où la monnaie universelle est le temps de vie. Les humains sont génétiquement programmés pour mourir à 25 ans, mais chacun peut acheter/vendre des minutes de vie supplémentaires…

S’il est probable que argent et monnaie n’auront pas disparu en 2067, on peut s’attendre à de vastes transformations dans ces domaines, suivant des tendances émergentes apparues dans les années 2010. Les nouveaux acteurs affluent dans le monde de la banque et du crédit, tandis que Bitcoin et les blockchains font la une des médias et font germer l’idée d’une pluralité monétaire inédite. Les monopoles semblent prêts à vaciller et la création de valeur semble se déplacer.

La monnaie en questions

La création de monnaie sous sa forme actuelle est de plus en fustigée. « Contrairement à ce qu’on croit, ce ne sont pas les Etats ou les banques centrales qui créent la monnaie, mais les établissements bancaires privés. Et ils le font via le crédit (aux particuliers, aux entreprises et aux Etats). Nous utilisons tous des euros privés créés par les banques, en vertu d’un oligopole privé établi par la loi », rappelle Ariane Trichit, maître de conférences en économie à l’Université d’Auvergne qui concentre ses recherches sur les monnaies non bancaires  (Usbek & Rica, juin 2017). Un principe qui, selon elle, confère au système monétaire et financier actuel « une instabilité intrinsèque, générant des crises de plus en plus fréquentes, susceptibles d’aboutir à son effondrement »Elle conclut :

Nous avons besoin de revenir à une diversité monétaire, garante d’un système monétaire et financier stable : différentes monnaies pour faire différentes choses.

De fait, l’avenir semble pointer vers un système monétaire autrement plus diversifié. Des alternatives aux monnaies traditionnelles se multiplient et gagnent en popularité, commençant à peser un poids non négligeable sur l’économie globale.

D’un côté, les monnaies locales complémentaires – une cinquantaine en France – entendent répondre au besoin d’une communauté géographique délimitée. L’Abeille dans le Lot et Garonne, la Doume à Clermont-Ferrand ou l’Eusko dans le pays Basque reposent sur des principes similaires : favoriser le commerce de proximité, renforcer le tissu social, soutenir l’économie locale, et s’opposer à la spéculation monétaire en misant sur le développement durable.

De l’autre, les crypto-monnaies, nées dans le sillage de Bitcoin, connaissent une effervescence médiatique et financière sans précédent, tout en imposant la blockchain comme une technologie protéiforme capable d’instaurer de nouveaux modèles, dans quasiment tous les domaines. Plus de 1000 crypto-monnaies de types multiples, pesant globalement quelques 160 milliards de dollars en capitalisation de marché (dont 45% représenté par Bitcoin), entendent devenir autant d’alternatives aux paiements et échanges interbancaires, ou servir de monnaies spécialisées pour des usages précis (du jeu vidéo à l’achat de musique ou à la gestion des droits d’auteur, des services notariés au calcul partagé). On a même vu récemment, en Russie, la chaîne de fast food Burger King récompenser les acheteurs de ses hamburgers de WhopperCoin, une crypto-monnaie créée sur mesure et destinée à fidéliser les consommateurs. Chaque grande marque ou même toute entreprise – mais aussi artistes et célébrités, voire des pays – pourrait un jour disposer de leur propre crypto-monnaie.

Paradoxalement, si Bitcoin – officiellement reconnu comme monnaie de fait au Japon depuis avril 2017 et bientôt au Vietnam – semble s’imposer comme la toute première monnaie universelle et globale, un scénario possible est donc une forte fragmentation monétaire, chacun utilisant différentes monnaies selon les usages. Pour Ariane Trichit, il est ainsi « fort probable que nous voyions émerger dans les années à venir des monnaies décentralisées ou centralisées à différentes échelles : mondiale, nationale, régionale, départementale ou de plus petite taille encore, quartier ou village visant à promouvoir différentes choses : l’économie locale, la musique, la peinture, l’entraide dans l’éducation, les services à la personne, le social, certaines pour financer un revenu d’existence (local ou national)… ». L’universitaire anticipe :

Dans le futur, peut être dans une génération, il nous semblera bien étrange d’avoir, pendant une période de notre histoire, utilisé une seule monnaie.

« Je pense plutôt qu’il n’y aura pas de fragmentation monétaire », avance en contrepoint Jean-Paul Delahaye, professeur émérite à l’Université de Lille dont les recherches sont notamment consacrées aux blockchains, soulignant tout de même que « la montée en puissance des monnaies cryptographiques (dont la capitalisation a été multipliée par plus de 10 en un an) suggère que le phénomène est vraiment important et qu’elles pourraient à terme réellement concurrencer les monnaies fiduciaires »« Seule une poignée de ces monnaies surnageront (sans doute Bitcoin lui-même), mais les principales d’entre elles serviront de point d’appui à d’autres systèmes de transfert de valeurs, tout cela redéfinissant profondément la façon dont l’argent circule et est utilisé par chacun », prédit-il.

Pour Pierre Noizat, fondateur et PDG du bureau de change de crypto-monnaies Paymium et auteur de trois livres sur Bitcoin (dont Bitcoin, mode d’emploi en 2015), « avec ces technologies, chacun peut créer sa propre monnaie comme réseau social de mesure de la valeur et chacun est libre d’utiliser celles qui lui conviennent le mieux. Donc nous ne sommes certes qu’au début d’une fragmentation inéluctable, mais ces réseaux monétaires seront connectés entre eux par différents mécanismes ».

Si la fin de la dominance des monnaies uniques est possible, cela ne signifie pas que les monnaies traditionnelles (dites « fiat », comme l’Euro et le Dollar) vont disparaître. « Les monnaies traditionnelles devront accepter de côtoyer les nouvelles monnaies », conclut Jean-Paul Delahaye.

La fin des banques ?

Le rôle des banques (centrales ou privées) est lui aussi de plus en plus critiqué et le modèle bancaire traditionnel, vieillissant et peu aimé, est attaqué de toutes parts.

Le secteur des Fintech est florissant et de sérieuses alternatives aux banques traditionnelles, sans guichet, à frais réduit et se résumant souvent à une application mobile efficace, apparaissent et se démocratisent. Les « néo-banques » ébranlent le marché et séduisent le public. En Europe, N26 a atteint le seuil des 500.000 clients en août 2017, Monese a enregistré plus de 500 millions d’euros de transactions. Et une bonne douzaine d’autres acteurs sont sur les rangs, comme Atom ou Monzo en Grande Bretagne, ou Compte Nickel en France

Mais si les néo-banques sont encore très proches de la banque classique, au moins au plan culturel et légal (certaines disposent de licences bancaires en bonne et due forme, d’autres, comme Simple, ont été absorbées par des banques traditionnelles), une autre famille d’acteurs entend également secouer le marché.

On pourrait les appeler des « crypto-banques », car elles sont directement issues de l’univers de Bitcoin et des crypto-monnaies. Ici, les comptes sont libellés en Bitcoin, Ethereum ou d’autres monnaies électroniques, et l’utilisateur gère ses fonds avec une appli mobile, à laquelle est assortie une carte de paiement (Visa ou MasterCard). L’utilisateur dispose alors du meilleur des deux mondes : côté crypto, un porte-monnaie électronique pour émettre et recevoir des fonds quasi instantanément et à frais négligeable ; côté traditionnel, une carte de paiement classique pour effectuer des achats dans la vraie vie (l’achat est acquitté dans la monnaie locale, le montant est prélevé en crypto-monnaie après conversion, sans aucune intervention de l’utilisateur). Le tout sans jamais passer par la case banque.

Là aussi, une dizaine d’acteurs défendent le modèle, initié par une poignée de précurseurs comme Xapoou Wirex. Plusieurs nouveaux entrants, comme Monaco et TenX, ont mené récemment des campagnes de financement public massives et parfois fulgurantes – 34 millions de dollars levés en 7 minutes pour TenX –, en créant au passage leur propre crypto-monnaie. Des efforts particuliers sont menés auprès des populations non bancarisées, pour offrir des services mobiles simples et utiles sans avoir recours aux banques, en s’appuyant totalement sur les blockchains : Humaniq, une crypto-banque également propulsée par sa propre monnaie, a démarré les tests de son service au Ghana en août 2017.

Les partisans des crypto-monnaies entendent réaliser l’utopie d’un monde où « chacun peut devenir sa propre banque », et ces services montrent le chemin. Est-ce à dire que la banque traditionnelle va disparaître ?

« Les banques sont les points d’accès à l’argent-dette et ne vont donc sans doute pas disparaitre car il est complémentaire de l’argent-valeur, qui ne le remplace pas », estime Pierre Noizat, plaidant toutefois pour « une réforme de la gouvernance des banques, pour les empêcher de financer avec la dette des projets qui détruisent l’environnement »« Tant que les gens ne s’interrogent pas profondément sur la création monétaire et le fonctionnement du système financier, les banques perdureront. » Ariane Trichit souligne :

Les gens ont profondément besoin de sécurité, notamment matérielle et structurelle, et les banques standards leur apparaissent comme les institutions les plus garantes de cette sécurité.

Malgré tout, des changements sont à anticiper. « Les banques vont s’emparer des crypto-monnaies et de la blockchain pour attirer et garder certains clients et surfer sur l’image de modernité que cela leur confère. Mais plus fondamentalement encore, si elles se mettent à gérer leurs relations via une blockchain, plus besoin de comptes à la banque centrale ni d’organismes de clearing et donc de monnaie centrale. Pour moi, c’est donc surtout l’avenir des banques centrales et plus généralement des organes de contrôle qui est remis en question », analyse-t-elle.

De nouveaux paradigmes dans la création de valeur

Si l’avenir de la banque et de la finance à moyen terme se conjugue à l’aune de Bitcoin et des blockchains, on est encore loin d’un scénario à la Star Trek, où la notion de travail a disparu. Malgré tout, on note aussi un déplacement dans la création de valeur.

Tandis que plusieurs pays étudient sérieusement la possibilité d’un revenu universel, versé à chaque citoyen indépendamment de son activité ou statut, On constate que l’individu multiplie les moyens de création de valeur, vendant ou échangeant son temps (Uber), ce qu’il possède (Airbnb) ou ce qu’il produit (énergie solaire par exemple).

A cela s’ajoutent les crypto-monnaies, qui instaurent de nouveaux modèles. Toutes les crypto-monnaies sont basées sur la création de nouvelles unités monétaires en récompense d’un effort visant à sécuriser collectivement les transactions et le réseau qu’elles forment. Deux principaux modèles ont émergé : le Proof of Work (où des mineurs effectuent de lourds calculs mathématiques, comme c’est le cas pour Bitcoin) et le Proof of Stake (le simple fait de posséder une monnaie suffit à contribuer à la sécuriser). Dans les deux cas, les organismes chargés de réguler et de garantir la valeur de la monnaie sont remplacés par des entreprises, des individus, et la loi de de l’offre et la demande.

Ce qui fait dire à Jean-Paul Delahaye :

Nous sommes en train de passer d’une économie fortement fondée sur l’énergie et la matière à une économie où les contenus en calcul et en intelligence sont centraux.

« Un monde où c’est à la fois les contenus en intelligence qui sont échangés (logiciels, œuvres musicales, cinématographique, etc.), et où calculer crée de la valeur ». Outre le calcul, les actions en ligne de chacun pourrait d’ailleurs elles aussi générer de la valeur, selon le modèle défendu par Synereo ou Steemit. Ce dernier, un réseau social calqué sur Reddit, est doté de sa propre monnaie (Steem, 21e crypto-monnaie en capitalisation de marché), et l’activité et la popularité des utilisateurs y est récompensée financièrement. Un schéma pas si éloigné que ça de la prédiction de Cory Doctorow.

Une copublication Inria – Usbek & Rica


Crédits et légendes photos : CCO Public Domain, Pixabay ; Image extraite de la série Black Mirror, par Davblog.com ; Le loup de Wall-Street, Allocine.fr

Vu sur syti.net  – Le FMI prêt à discuter des monnaies virtuelles et de la Blockchain

Europe: une partie de l’épargne bientôt saisie en banque

Didier Maurin, Publié lundi 25 septembre 2017 
La loi Sapin (ici à gauche Michel Sapin, l’ancien ministre français des Finances) votée en décembre dernier permet une intervention étatique sur les contrats d’assurance vie. 
© ALESSANDRO BIANCHI/Reuters
Les politiciens votent des lois stipulant que l’épargnant sera désormais saisi d’une partie de son patrimoine en banque afin de renflouer les institutions financières. L’opinion de Didier Maurin, le directeur de Katleya Gestion

De nombreux Etats sont aujourd’hui tellement endettés qu’ils ne sont même plus en mesure d’assurer le remboursement des intérêts de leurs dettes. La conséquence ubuesque de cette situation en est l’apparition de taux d’intérêt négatifs, qui impliquent qu’en leur prêtant de l’argent, les banques centrales leur versent des intérêts dans le même temps! Une nouveauté historique en somme!

Imaginez! Votre banque vous prête 100 000 francs à –0,5%. Cela signifie que vous toucherez 500 francs d’intérêts par an pour avoir eu la gentillesse de contracter ce prêt. Ne riez pas! C’est exactement ce qui arrive à de nombreux Etats surendettés dans le monde, car leur banquier, les banques centrales, leur octroie des taux d’intérêt négatifs afin qu’ils ne fassent pas faillite.

Une crise financière grave

Naturellement, en cas de crise financière grave, un tel Etat n’est absolument pas en mesure de renflouer des banques ou des compagnies d’assurances en difficulté étant donné qu’il a déjà du mal à rembourser ses dettes lui-même. Or, de nombreux Etats européens sont dans cette situation, ce qui a amené les politiciens à voter des lois stipulant que l’épargnant sera désormais saisi d’une partie de son épargne en banque afin de renflouer les institutions financières.

Après tout, il faut bien prendre l’argent où il est. Deux réglementations ont d’ores et déjà été votées. La BRRD, tout d’abord, est la directive relative au redressement des banques et à la résolution de leurs défaillances, adoptée en décembre 2013 par le Parlement européen, transposée désormais dans le droit de tous les pays membres de l’Union européenne. Elle privilégie la procédure de bail-in (renflouement interne) au bail-out (renflouement externe par l’Etat), ce qui signifie que l’épargnant est désormais garant de sa banque et qu’une partie de ses avoirs pourra être saisie pour la renflouer, avec un mécanisme de solidarité envers toutes les banques. De l’explosif en quelque sorte!

Blocage des contrats d’assurance vie en France

La loi Sapin 2, ensuite, votée le 9 décembre dernier par le gouvernement français et qui donne toute latitude au ministre des Finances pour bloquer les contrats d’assurance vie et ne pas procéder au remboursement de tout ou partie de l’épargne, soi-disant pour une période limitée.

Ne perdons pas de vue que dans le prolongement de ces deux réglementations, une troisième serait en préparation pour octroyer tout pouvoir à des ministres de bloquer les comptes bancaires dans le cas d’une crise grave, afin d’éviter le bank-run, comme disent les Anglo-Saxons, cette situation dans laquelle tout le monde se précipite à sa banque pour retirer ses économies.

Au regard de toutes ces réglementations, il est clair que nombre de politiciens se préparent à la prochaine crise financière internationale, car ils ne comptent pas, comme ce fut le cas lors de la crise des «subprime» en 2007, appeler les Etats en comblement de passifs. Or, pour bien protéger les banques et les compagnies d’assurances, ils doivent donner un cadre légal à ces futures saisies, car ils s’attendent à ce qu’elles soient attaquées juridiquement par nombre d’épargnants et autres associations de consommateurs. En effet, il faut pouvoir leur répondre: «C’est la loi!»

La menace «Donald Trump»

Par ailleurs, nous n’aurons peut-être pas à attendre si longtemps pour connaître une nouvelle crise, puisque Donald Trump vient d’abroger de nombreuses règles qui prévalaient jusqu’alors pour empêcher les banques de faire tout et n’importe quoi. C’est pourtant l’annulation de la réglementation instaurée après la crise de 1929 qui généra plus tard la crise des «subprime» aux Etats-Unis.

Pour conclure, même si certaines banques centrales, telle la Réserve fédérale américaine ou la Banque centrale européenne (BCE), laissent entrevoir que les taux d’intérêt vont remonter afin de donner le sentiment que la situation s’améliore, je fais partie de ces financiers qui n’en croient rien. En effet, le monde entier est aujourd’hui trop endetté pour que les banques centrales remontent leur taux, car elles nous mèneraient alors vers une forme de suicide économique.

 

L’opportunité du 21éme siècle vous attend toujours!!!

« Si c’est écrit sur internet, c’est ptet faux, mais c’est ptet vrai aussi… vérifiez donc! »

21617558_10156005200922214_7540308000776848743_n.png

Je sait… vous vous croyez plus intelligent, vous n’y connaissez rien mais vous vous dites de toute façon c’est bien trop tard!!! bon je vais vous prendre par la main une fois de plus (so boring)…

répond à la question que le monsieur te pose, combien connait tu de gens qui en possède !? aucun, personne… bon imagine demain maintenant.

Un consortium japonais veut lancer une monnaie virtuelle

maxresdefault


Le J Coin, qui sera convertible en yen et disponible à partir de 2020, doit permettre aux banques japonaises de refaire leur retard sur le géant chinois Alibaba dans le paiement mobile.

Les choses s’accélèrent dans le monde des cryptomonnaies. Alors que le bitcoin continue de  susciter toutes les convoitises, plusieurs banques japonaises veulent lancer ensemble leur propre monnaie virtuelle pour développer leur offre dans le paiement mobile, selon une information du  Financial Times.

Le consortium, dirigé par Mizuho Financial Group et la Japan Post Bank, espère lancer le « J Coin » en 2020. Le projet a reçu le soutien de la banque centrale du Japon (BOJ) et du gendarme financier, même si les deux institutions n’ont pas précisé quel rôle elles entendaient jouer par rapport au J Coin.

Le projet de J Coin est aussi censé permettre aux banques japonaises de rattraper leur retard sur le géant chinois Alibaba, qui domine le secteur du  paiement mobile en Asie. Le groupe dirigé par  Jack Ma s’est lancé récemment dans plusieurs grandes villes, dont Tokyo.

L’exemple de la Suède ou du Danemark

En attendant, le Japon n’est pas le seul pays sur le créneau. Plusieurs  économies européennes  sont déjà positionnées sur ce marché,  comme la Suède, le Danemark et le Royaume-Uni, où les gouvernements réfléchissent à l’introduction de monnaie virtuelle.

La Corée du Sud est également bien positionnée. Séoul a annoncé en 2017 viser une société sans monnaie physique d’ici… 2020. Plusieurs banques internationales comme HSBC, Barclays ou UBS travaillent également sur des projets de « monnaie universelle » pour faciliter leur commerce. La bataille ne fait que commencer.

Raphaël Bloch

Panique ratée sur les cryptos….

La petite mise au point de Menier : Non, la Chine n’as pas interdit les plateformes d’échanges! juste celles qui la dérangeait… Binance ce porte bien par exemple!

e00b481338fafd70fff9b3d24a792266
24 Septembre 2017 – nous sommes arrivé au bout du graph à l’extrême droite, libre à vous de croire Mustapha Menier ou pas.

Le Bitcoin et les cryptomonnaies sont un investissement INTERDIT à votre banquier… Et cela le rend fou.

La semaine dernière, deux événements ont fait plonger le Bitcoin :

  • Jamie Dimon, PDG de la banque JP Morgan et souvent surnommé « le banquier le plus puissant du monde » a qualifié mardi le Bitcoin d’escroquerie (l’hôpital se fout de la charité) et prédit que les États interdiraient le Bitcoin tôt ou tard.
  • La Chine, ex-premier marché pour le Bitcoin, a justement interdit les plateformes d’échanges sur son territoire vendredi.

Ces deux événements, probablement coordonnés, ont mis une lumière intéressante sur l’impuissance des États face au Bitcoin et aux cryptomonnaies.

Premièrement : c’est une attaque en règle qui s’est abattu sur les cryptos la semaine dernière et face à cette vague, force est de constater que la monnaie a tenu.

Vendredi, le Bitcoin avait perdu 40% de sa valeur sur les 15 premiers jours de septembre…

Vendredi, la bulle éclatait, le carnage annoncé se produisait, on vous avait prévenu vous criaient les gens bien intentionnés.

Le Bitcoin était revenu en moins d’un mois à son niveau… du 5 août, c’est à dire du mois précédent.

Et le lendemain, il remontait de 20%.

Le bluff avait raté.    


Deuxièmement :

La Chine n’a pas interdit le Bitcoin

La Chine n’a PAS interdit le Bitcoin. Elle n’en a pas la capacité et sans doute pas la volonté. On dit que les hauts dignitaires chinois sont friands de cette monnaie.

En revanche, la Chine a interdit les plateformes d’échanges. Ces grands sites où vous pouvez très facilement acheter et vendre différentes cryptos.

Mais en 24h à peine, on a vu émerger des solutions d’échanges de pair à pair directement (sans passer par une plateforme) via des applications anonymes.

Les échanges se sont également déportés sur le Japon et la Corée du Sud qui sont des États en pointe sur la législation des cryptomonnaies. Le Japon a officiellement reconnu le Bitcoin comme une monnaie en avril dernier.

Bref, après une semaine d’incertitude, lorsque la Chine a finalement porté le coup de grâce vendredi en interdisant les plateformes d’échanges… Le Bitcoin s’est redressé dès le lendemain.

C’est un événement important car la Chine est un pays qui dispose encore d’un contrôle des changes. Elle contrôle tous les capitaux qui entrent et sortent de son territoire. À ce titre la Chine dispose d’un arsenal de mesures qui n’est PAS à disposition des États occidentaux.

La liberté de circulation des capitaux vous permet de gérer vos cryptos d’où vous voulez.

Aussi ce qui s’est passé cette semaine est la preuve de l’incapacité des États à interdire ou mettre la main sur les cryptos, en tout cas à moyen terme.

Pas de territorialité du Bitcoin

 Lorsque vous avez de l’argent sur un compte en banque, celui-ci est localisé. ll a une adresse (celle de la banque) et cet argent est soumis aux règles du pays où il se trouve. 

Mais un bitcoin n’a pas d’adresse. 

Un bitcoin n’a pas de territorialité et il a été conçu justement pour ne pas en avoir.

Mais du coup, comment savoir quelles règles s’applique à vos Bitcoins ?

C’est un casse-tête insoluble pour les administrations.

Je vous donne un exemple : lorsque vous possédez des bitcoins, vous pouvez accéder à votre portefeuille virtuel de n’importe où, à n’importe quel moment.

Pourtant il existe des lois qui vous interdisent de transporter plus d’une certaine somme d’argent lorsque vous voyagez à l’étranger. Cette loi est totalement inopérante avec le Bitcoin : les douaniers n’ont aucun moyens de « fouiller » votre portefeuille virtuel.

Ce n’est pas pour autant que c’est une monnaie de fraudeur : en effet, autant l’anonymat est garanti sur les échanges en bitcoins, autant lorsque vous les changez à nouveau vos bitcoins en euros ou n’importe quelle autre monnaie officielle alors vous redevenez « visible ».

Ainsi, l’administration américaine n’a eu aucun mal à démanteler le site pirate « silkroad », vaste supermarché de produits illicites surnommé « l’eBay de la drogue » alors que toutes les opérations y étaient faites en bitcoins. On sait au moins depuis ce moment-là que les cryptos sont loin d’être la monnaie rêvée des criminels.

Aujourd’hui les gens qui investissent dans les cryptomonnaies ne sont pas les méchants trafiquants et terroristes que l’on vous dépeint et qui préfèrent largement les banques traditionnelles pour leurs traffics : c’est bien plus sûr et mieux rodé.

Je prépare une lettre à ce sujet mais par exemple un vaste réseau de blanchiment entre la Russie et l’Europe a été mis au jour en mars dernier. La fraude s’élèverait à 80 milliards d’euros… Soit plus que la totalité des Bitcoins en circulation. Ce sont les très respectables HSBCRoyal Bank of Scotlandet Bank of China qui ont été épinglées. Ce n’est qu’un exemple parmi des centaines d’autres qui montre qu’aujourd’hui les banques traditionnelles sont bien plus fortes pour blanchir de l’argent (activement ou passivement) que le Bitcoin ou l’argent liquide. 

Les banquiers sont interdits de Bitcoin… Et ils vous en veulent

Le Bitcoin n’est pas non-plus une monnaie de traders ou de banquiers. MAIS IL EST SUR LE POINT DE LE DEVENIR. Et c’est là le point important.

Des dizaines de milliers de personnes gagnent leur vie tous les jours en achetant et vendant des actions ou devises l’espace de quelques minutes ou quelques heures pour profiter de variations infimes de cours.

Mais pas sur le Bitcoin et les cryptos dont les variations sont pourtant 100 fois plus importantes.

Pourquoi ?

Des centaines de milliers d’autres gèrent les patrimoines de particuliers et entreprises en les plaçant sur les marchés actions, obligataires, forex, immobiliers… 

Mais pas sur les cryptos dont les potentiels de gains sont pourtant extraordinaires (au sens propre).

Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas… Bien au contraire mais les cryptos leur sont aujourd’hui INTERDITES pour une raison précise.

En coulisse ils font tout pour régler ce problème.

Pendant ce temps, les cryptoinvestisseurs sont des gens de la rue, tout autour du monde, qui passent des ordres assez modestes par virement bancaire pour éviter des frais avec un délai de 24 ou 48h entre le moment où l’ordre est passé et celui où il est exécuté. La monnaie peut avoir monté ou baisser de 20%, peu importe.

Les gens qui achètent des bitcoins le font en prévision de leur retraite et pour une raison très simple : ils savent que le nombre de bitcoins est strictement limité et qu’il représente une des meilleures armes contre l’inflation et la manipulation ainsi qu’une des meilleures assurances en cas de crise

Un cryptoinvestisseur détient en moyenne 3 000€ de bitcoins. Selon les estimations du site blockchain info :

  • Pour faire des virements presque gratuits et très rapides partout dans le monde même en dehors des heures de bureau (une heure contre plusieurs jours par une banque traditionnelle) ;
  • Pour faire des achats en ligne de manière totalement sécurisée ;
  • Comme une assurance contre des monnaies officielles dangereusement gérées par les banquiers centraux et des politiques qui prennent de plus en plus de pouvoirs sur nos comptes en banques.

ET CELA MARCHE.

Revanche sur le costume 3-pièces

Normalement, lorsqu’une nouvelle opportunité d’investissement apparaît, que ce soit les nouveaux Facebook et Google ou des sociétés de biotechnologies… Les grandes banques et sociétés d’investissement se partagent la part du lion et vous et moi sommes les derniers informés.

Avec les cryptos non seulement c’est tout le contraire. 

 Vous et moi avons accès au marché avant les banques.

Mais en plus, nous parlons du plus gros marché haussier de tous les temps.

Premier marché haussier mondial… en simultané

C’est la première fois que nous assistons à un tel marché haussier partout dans le monde : aussi bien au Nigeria, qu’au Venezuela, en Asie du Sud-Est et en Occident, en Russie

Internet s’est développé d’abord en Occident. Tout comme Facebook ou Uber.

Mais les cryptos elles se développent partout en même temps… Sauf au coeur de la finance mondiale.

440 000 milliards de dollars d’actifs attendent l’autorisation d’être placés dans les cryptos

Il y a dans le monde 440 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

La fortune de Bill Gates, votre assurance vie, les placements des entreprises, des collectivités et des États… Bref tout l’argent confié à des banques ou des sociétés d’investissement représente :

440 000 000 000 000$

Quand un investisseur professionnel ou un banquier investit l’argent de ses clients, il se doit de contracter une assurance, dans le jargon on dit « un hedge », pour le cas où le cours s’effondrerait.

Or il n’existe pas encore de produit dérivé officiel sur les cryptomonnaies. C’est-à-dire qu’un banquier n’a aucun moyen d’assurer son investissement en cas de perte excessive.

Bien sûr, cela est en train de changer.

Le Chicago Board of Exchange (CBoE) a discrètement demandé à la SEC, le gendarme boursier américain, l’autorisation de lancer des produits dérivés sur les cryptos. L’autorisation devrait être donnée en début d’année prochaine.

De nombreuses sociétés d’investissement ont également demandé des autorisations à la même SEC pour créer des trackers (ETFs) de cryptomonnaies aussi bien à la hausse qu’à la baisse, c’est-à-dire des investissements qui répliquent les performances des cryptos. En Europe Saxo Bank commence déjà à proposer des tracker de Bitcoins (ETNs)… Et justement :

JP Morgan, la banque de Jamie Dimon qui a dit tout le mal qu’il pensait du Bitcoin en a acheté pour 3 millions€ vendredi dernier, alors même que Jamie Dimon avait assuré qu’il virerait tous les salariés qui investiraient dans le bitcoin.

C’est vous dire jusqu’où va l’indécence des banquiers.

Aujourd’hui leur stratégie se clarifie : ils essaient à tout prix de maintenir les cours le plus bas possible jusqu’au jour où ils pourront réellement entrer sur le marché.

Et alors le prix du bitcoin pourra s’envoler jusqu’à des prix stratosphériques.

En attendant, les banquiers jouent la guerre des nerfs… Mais cela ne marche pas.

Il est plus que jamais temps d’investir dans le Bitcoin.

Événement à saisir avant le 22 septembre

Je vous rappelle également que vous devez investir avant le 22 septembre pour bénéficier d’un événement rare sur une des principales cryptos.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Bitcoin et les cryptos à suivre 

À votre bonne fortune,

Olivier Perrin
le vaillant petit économiste

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :