Le frère d’un responsable de Libé nommé à Matignon

Attention danger

Directeur en charge des éditions de Libération, Johan Hufnagel a publiquement dévoilé que son frère travaillait auprès du Premier ministre. La société des journalistes et du personnel du journal lui accorde sa confiance, mais se montre vigilante.

Dans une tribune publiée sur le site de Libération le 21 mai, Johan Hufnagel, directeur en charge des éditions du journal, révèle que le directeur de la communication du Premier ministre n’est autre que son frère, Charles Hufnagel.

Si la société des journalistes et du personnel de Libération (SJPL) note dans un communiqué cité par l’AFP que ce lien de parenté «peut soulever des questions légitimes», elle assure qu’aucune «interférence» n’a été constatée par le passé dans le travail de Johan Hufnagel. La SJPL ajoute que ce dernier a promis à la rédaction que cette étanchéité professionnelle serait maintenue. Elle lui exprime par conséquent «sa pleine confiance», tout en restant «particulièrement vigilante».

«Lui, c’est lui, et moi, c’est moi», avance dans sa tribune Johan Hufnagel, jurant n’avoir aucun lien professionnel avec son frère. «Lui fait de la communication politique, moi du journalisme, et le plus loin nous sommes l’un de l’autre d’un point de vue professionnel, le mieux tout le monde se porte. Et cela va continuer», assure le journaliste.

«Durant nos parcours respectifs, nous avons toujours veillé à ériger un mur entre nous. Un double mur pour être exact. Pas d’interférence, pas de discussions, pas d’informations, pas de conseils», explique Johan Hufnagel.

«Je rappelle que la rédaction de Libération est totalement libre», écrit par ailleurs le directeur en charge des éditions, avant de souligner : «Les actionnaires n’interviennent jamais dans la ligne éditoriale, n’en déplaise aux paranoïaques et aux complotistes.»  Source

En Marche vers l’illuminisme…

Une vraie pyramide « illuminati » avec le somment détaché de la base, elle est magistralement effectué par notre président qui contrairement au reste de son équipe tient une parfaite posture démontrant ainsi son respect et son sérieux envers ceux à qui ce message occulte est destiné… nous sommes loin ici, des pyramides des stars.

gvt-Macron


Pensée

L’illuminisme propose une lecture des textes chrétiens à la lumière du néo-platonisme et des sciences occultes, mettant l’accent sur l’intériorité de la quête mystique, et rejetant les formalités scolastiques.

« Essayons de dégager une vulgate de l’illuminisme : on y verra tout à la fois l’image inversée des Lumières et le complément que celles-ci réclamaient de l’intérieur… L’illuminisme est ‘passéiste’ : l’homme est un être déchu, et le crime originel dont il s’est rendu coupable a eu un retentissement cosmique : toute la création est malade avec lui, et de son fait… L’origine de la parole est divine ; Dieu seul peut l’instituer… L’homme n’est en lui-même ni digne, ni capable de se rendre heureux : sa visée doit être celle d’une ‘réintégration’, d’une ‘transformation’ qu’il devra mériter par le dépouillement et atteindre par la prière. Il sera aidé sur cette voie de retour par le déchiffrement d’une parole originelle perdue (la langue hébraïque ‘restituée’ par Fabre d’Olivet), l’étude de la mystique des nombres, enfin par les rites initiatiques. »

Élections présidentielles et fiabilité des résultats

« Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes. » Joseph Staline
Élections présidentielles et fiabilité des résultats


Dans la commune de Périgny dans l’Allier il y a eu déclassement de François Asselineau de la 2ème à la 10ème place, au profit de Jean-Luc Mélenchon qui est remonté de la 7ème à la 2ème place.

Résultats affichés dans le site de la ville de Périgny

Résultats affichés dans le site du ministère de l’intérieur

Je suis la dictature, ici! On m’appelle la démocratie…

Je suis la dictature ici
Du roi pognon dans mon pays
Je suis l’inculture à profits
Je suis le code-barre dans le caddie
Je suis l’invasion des ignorants
Les fautes de français tu comprends
Je suis nénuphar avec un « F »
Je suis la population dans le zef
On m’appelle la démocratie
Je suis les tentes pour sans-abris
Je suis média, je suis politique
Je suis la honte, l’ordre public
Je suis les blogs sans cerveau
Je suis la parole aux fachos
Je suis mouton mais j’aime bien ça
Marcher vers l’abattoir je crois
Je suis la télé-réalité
Je suis le porno pour les CP
Je suis les joints à la récré
Les ministères, fautes de français
Je suis l’enfant des pornocraties
Je peux pas mettre de jupe à Paris
Je suis l’enculerie pour les taxis
Mais j’envoie des bombes en Syrie
Je suis vendu, je suis cocu
Je suis ma culture disparue
Je suis des millions de parvenus
Qui savent pas qui sont les poilus
Je suis commerçant pour trous du cul
Je suis le paysan, mais c’est perdu
Je suis l’euro, la mort du franc
Puis du français de temps en temps
Je suis trait d’union sans trait d’union
Pour le règne des désunions
Je suis le peuple soumission
Je suis la collaboration
J’ai le cerveau sous perfusion
Mais j’ai résolu la question
Pour me faire prendre par le fion
Tu sais moi j’ai l’application
Peuple désuni désunions
Pour que ça divise mieux la nation
Merci beaucoup le roi média
Tant que ça fait vendre dans les choux gras
Les enfants du pétrolifère
Toujours pour mieux niquer la terre
Des actionnaires pour la guerre
Dis-moi qui es-tu mon frère

«Il n’y a plus de démocratie en France, il y a plus que des intérêts qui veulent nous manipuler.» Nicolas Dupont-Aignan

Le sage et les singes – Par le journal de personne


le journal de personne

Peut-on réconcilier la brièveté et la clarté ?
Je ne crois pas mais je vais essayer…
À quel sujet ?
Au sujet du plus vieux sujet : la démocratie pour ne pas la nommer
Qu’est-ce que c’est ?
Disons que c’est le moins pire des régimes
À mi-chemin entre le choléra et la peste !
De quoi s’agit-il ?
D’élire ceux qui vont nous représenter… ou incarner notre volonté.
La volonté générale… celle qui va s’imposer à la sortie des urnes aux volontés particulières.
Une voix de plus, une seule voix suffit pour faire la différence et exprimer notre préférence pour telle ou telle gouvernance.
En somme, c’est nous qui désignons celui qui va décider… le Rouge ou le Noir, le pur ou l’impur, le sacré ou le profane.
Et dans cette grande représentation, au sens théâtral du terme, nous sommes donc tous représentés sous prétexte que c’est nous qui avions choisi nos représentants.
Alors qu’en vérité cette représentation n’a rien à voir avec notre volonté :
Les électeurs ne sont pas contents des élus, ni les gouvernés des gouvernants, ni les dominés des dominants parce que l’illusion selon laquelle c’est nous qui décidons ne tient pas, ne tient plus.
Notre bulletin de vote ne fait que confirmer tout le travail de mystification dont nous sommes les victimes. Le pouvoir continue de nous échapper et de s’exercer à l’insu de notre plein gré. Nous avons tout compte fait l’impression d’être, d’avoir été manipulés par les rouages, les sondages et les clivages, on ne s’y retrouve plus. On est perdu…
Certaines voix s’élèvent et ne cessent de s’élever pour relativiser cette risée générale et sauver les apparences de notre libre arbitre.
L’homme sage essaye depuis longtemps de nous épargner le sort des hommes-singes qui refont l’histoire au lieu de la faire. Que nous dit l’homme-sage ?
Qu’il faut redéfinir les règles, re-rédiger la constitution, réviser le contrat social qui nous relie les uns aux autres.

La thèse est subtile et non moins utile : si la démocratie fonctionne mal ou dysfonctionne c’est parce que nous laissons aux gouvernants le soin de rédiger les règles du jeu, leur constituante ne peut produire une bonne constitution, parce que seuls leurs intérêts sont en jeu, pas les nôtres. Et au final au lieu de nous servir, ils vont se servir et nous asservir pour se maintenir au pouvoir.

Songeons à une sixième République, rédigée par le peuple et pour le peuple, parce que nos intérêts n’intéressent personne. C’est à nous de nous y intéresser en définissant le mode opératoire de tout exercice du pouvoir… sinon nous ne cesserons jamais d’être les éternels cocus de l’histoire.

Je partage et je ne partage pas cet optimisme
Je le partage parce que je suis optimiste…
Je ne le partage pas parce que je ne suis pas naïve…
Théoriquement c’est indémontable mais dans la pratique, c’est intenable !
Pourquoi ?
Parce que la volonté de puissance est humaine, trop humaine
Et qu’à l’usage celle des gouvernés peut s’avérer pire que celle des gouvernants.

Un exemple à la portée :
Jetez un œil sur la dissidence, ce nouveau visage de la résistance aux pressions et aux oppressions. Ils sont tous d’accord pour manifester leur opposition au système de gouvernance, mais entre eux, ils sont tous en désaccord, les uns par rapport aux autres.
Méprisants, haineux, et destructeurs les uns des autres. Parce que même la plus petite particule de l’univers, cherche avant tout, un surplus de puissance… une reconnaissance de son existence.
Les dominés ne sont pas de meilleure constitution que les dominants. Le peuple, tout peuple mérite ses dirigeants.
Les plus petits chercheront toujours à devenir les plus grands.
Non, ce n’est pas une tentation, mais la définition de l’être humain.

Et quelle que soit la constitution juridique, elle ne changera rien à notre constitution ontologique !


Ou … L’expérience de Chypre, d’Aldous Huxley.

Chacun de nous, bien entendu, poursuivit méditativement l’Administrateur, traverse la vie à l’intérieur d’un flacon. Mais si nous nous trouvons être des Alphas, notre flacon est, relativement parlant, énorme. Nous souffririons intensément si nous étions confinés dans un espace plus étroit. On ne peut pas verser du pseudo-champagne pour castes supérieures dans des flacons de caste inférieure. C’est théoriquement évident. Mais cela a également été démontré dans la pratique réelle. Le résultat de l’expérience de Chypre a été convaincant.

Qu’est-ce que c’est que cela ? demanda le Sauvage.

Mustapha Menier sourit.

Ma foi, on peut, si l’on veut, l’appeler une expérience de reflaconnage.

« Cela commença en l’an 473 de N. F. Les Administrateurs firent évacuer l’île de Chypre par tous les habitants existants, et la recolonisèrent avec un lot spécialement préparé de vingt-deux mille Alphas. Tout l’équipement agricole et industriel leur fut confié, et on leur laissa le soin de mener leurs affaires. Le résultat fut exactement conforme à toutes les prédictions théoriques. La terre ne fut pas convenablement travaillée ; il y eut des grèves dans toutes les usines ; les lois étaient tenues pour zéro ; on désobéissait aux ordres donnés ; tous les gens détachés pour effectuer une besogne d’ordre inférieur passaient leur temps à fomenter des intrigues pour obtenir des tâches d’ordre plus relevé, et tous les gens à tâches supérieures fomentaient des contre-intrigues pour pouvoir, à tout prix, rester où ils étaient. En moins de six ans ils étaient en guerre civile de première classe. Lorsque, sur les vingt-deux mille, il y en eut dix-neuf de tués, les survivants lancèrent à l’unanimité une pétition aux Administrateurs Mondiaux afin qu’ils reprissent le gouvernement de l’île. Ce qu’ils firent. Et c’est ainsi que se termina la seule société d’Alphas que le monde ait jamais vue. »

Le Sauvage poussa un profond soupir.

« Je n’en veux pas ». Emmanuel Macron argumente contre Marine Le Pen

Le mot de Mustapha Menier: M. Macron agite le spectre d’une guerre, de ces morts, comme argumentaire pour légitimer un vote de « responsabilité » en faveur de son mouvement. La vérité c’est que dans les faits, les français (mais aussi les autres, surtout les autres…) meurent déjà et depuis de trop nombreuses années de la guerre réelle, elle!!! sournoise et silencieuse que nous livrent les tenants de la mondialisation, du capitalisme avide et destructeur. Alors aujourd’hui comme hier, la responsabilité de ces >> somnambules << que nous sommes loin d’être, contrairement à vos >> pantins << d’électeurs et de faire barrage à l’avancée de l’immonde volonté dont vous êtes à ce jour le représentant.

Enfin, mon honnêteté intellectuelle me force à vous dire chers lecteurs, que je suis intimement convaincu que dans les faits, la somme des souffrances engendrés par l’élection de Le pen sera moindre que celle de Macron.


Le loup de Rothschild à l’Élysée…

Le Mot de M. Menier: Vu les sommes colossales que les puissants derrière Macron ont engagé pour faire entrer le loup dans la bergerie, attendez vous bien a un retour sur investissement effrayant! soit le dépeçage en règle de ce qui reste de notre bonne vieille patrie.


Pour ceux qui ont vu le film Le loup de Wall Street, ils verront que ce montage vidéo n’est même pas excessif bien au contraire. Le ridicule de la mise en scène de Monsieur Emmanuel Macron dans ses meetings correspond parfaitement à l’hystérie cocaïnée du loup de la bourse.