L’alimentation, grand marqueur des inégalités sociales en France

Le mot de Mustapha Menier : en effet, nous sommes bien conscient que nous mangeons des ersatz d’aliments! mais encore ceux-ci nous coutent 3 fois plus chère qu’il y a 10ans et ont dans le même temps perdu la quasi-totalité de leurs attributs, que ce soit pour les fruits, les légumes ou bien les viandes… qu’est-ce qu’un pays qui ne sait plus ne veut plus nourrir, donc soigner correctement sa population? en effet j’ai beaucoup de mal à le digérer.


D’après une étude de l’Anses, les habitudes et modes de consommation alimentaires des Français sont un miroir des inégalités sociales.

Les niveaux d’études élevés de revenus élevés moins regardant sur le prix

Au cours de l’étude, les participants ont dû signaler les trois principaux facteurs influençant leurs choix lors de l’achat de produits alimentaires, d’après une liste de seize critères.

Les résultats montrent que plus l’individu de référence du ménage est diplômé, plus l’accent est mis sur des critères de qualité du produit : provenance, mode de production, signes de qualité ou composition nutritionnelle. Au contraire, la priorité est le prix, la marque ou les offres promotionnelles lorsque le niveau d’études diminue. Des chiffres similaires sont observés en prenant en référence non plus le niveau d’études mais la profession ou la catégorie socioprofessionnelle.

L’Anses pointe également du doigt des différences concernant les lieux d’achat : « Plus le niveau d’études de la personne de référence est élevé et plus les ménages déclarent effectuer leurs achats au marché et dans des circuits courts pour les fruits et légumes frais ou en commerce de proximité pour le pain et les pâtisseries ainsi que le poisson frais, au détriment des grandes surfaces. »

L’article complet de Clément Le Foll

Publicités

Une réflexion sur “L’alimentation, grand marqueur des inégalités sociales en France

  1. Sérieux ! On paye des gars pour faire de telles recherches ???
    J’peux t’en faire moi aussi ! Et pour la moitié du prix qu’ils en demandent !

    Tiens, au hasard, les individus ayant fait des zétudes ont moins de pannes avec leur voitures qu’ils changent tous les six mois, que les chômeurs non diplômés qui se trainent dans des caisses de plus de vingt ans affichant le même kilométrage qu’un Airbus d’Air France…

    De même que les individus sur-diplomés visitent plus de pays que les non-diplomés…

    Et les zenfants des parents ayant fait de hautes zétudes font eux aussi des hautes zétudes, contrairement aux enfants des sans-dents… De plus les gosses de la haute finiront leurs études alors que ceux d’en-bas abandonneront rapidement, soi-disant parce qu’ils n’arrivent pas à étudier à cause des heures passées à travailler chez macdo… C’est bien une preuve que les enfants défavorisés sont nuls, si ils réfléchissaient un peu plus, ils travailleraient chez Fauchon ou chez Cartier ; mais non ! ils préfèrent bosser dans des trucs insalubres, payés à coup de lance-pierres…

    Bref, je propose d’expédier les chercheurs responsables de cette études au fond d’un trou noir, histoire de savoir si c’est oui ou non un incubateur à univers…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire ou faites un don, c'est au choix!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s