Une vingtaine d’agents de la CIA neutralisé en Chine!

Le «New York Times», qui révèle l’affaire, évoque l’un des pires fiasco des services secrets américains.


C’est l’un des pires revers qu’ait connus les services secrets américains. Selon le New York Times, qui cite dix responsables américains encore en exercice ou pas, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, Pékin a systématiquement démantelé les efforts d’espionnage de la CIA en Chine à partir de 2010, tuant ou emprisonnant près d’une vingtaine de sources secrètes.

Encore aujourd’hui, les responsables des services secrets ne savent pas si les Etats-Unis ont été trahis par une taupe à l’intérieur de la CIA ou si les Chinois ont piraté le système utilisé par la CIA pour communiquer avec des sources étrangères. Il n’y a en revanche aucun doute sur les dégâts infligés à ce qui fut l’un des réseaux d’espionnage américains les plus productifs, selon le journal.

Au moins une dizaine de sources de la CIA ont été tuées entre fin 2010 et début 2012 et l’une de ces sources a même été abattue devant ses collègues pour avertir clairement quiconque aurait des activités d’espionnage. Au total, 18 à 20 sources de la CIA en Chine ont été tuées ou emprisonnées, selon deux anciens responsables américains cités par le New York Times.

Ces pertes sont comparables à celles occasionnées en Union soviétique et en Russie par la trahison des deux espions Aldrich Ames et Robert Hanssen, selon le journal.

Les services d’espionnage occidentaux ont traditionnellement eu des difficultés à développer leurs réseaux en Chine et en Russie. Après les pertes infligées à son réseau en Chine, la CIA a mené d’intenses recherches, enquêtant sur presque chaque employé de l’ambassade américaine à Pékin. Parallèlement, l’administration du président de l’époque Barack Obama s’interrogeait pour comprendre le ralentissement des informations en provenance de Chine.

Ces révélations interviennent alors que la CIA cherche à savoir comment certains de ses documents très sensibles ont été publiés voilà deux mois par WikiLeaks, tandis que le FBI enquête sur des liens éventuels entre des membres de l’équipe de campagne de Donald Trump et Moscou. La CIA comme le FBI se sont refusés à tout commentaire.

Source: Libération, le 21 mai 2017

Publicités

Laisser un commentaire ou faites un don, c'est au choix!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s