Fermer

Grand froid : mobilisation générale sur l’hébergement d’urgence

Le Mot de Mustapha Menier: En effet, faut il attendre le GRAND FROID pour la mobilisation générale? faudrait les faire dormir dehors les politiques en période de petit froid…


CATHERINE SABBAH MATTHIEU QUIRET Le 17/01 à 16:51

Afficher l'image d'origineLes associations d’aide saluent les 40.000 places supplémentaires fournies par l’Etat pendant le quinquennat, mais jugent l’effort trop tardif cette année.

« Pensez à appeler le 115 », répètent en boucle les messages diffusés par les pouvoirs publics alors que le thermomètre stagne autour de zéro. Mais ce numéro d’urgence ne répond qu’une fois sur trois en Ile-de-France et seulement 50 % des personnes à la rue sont ensuite mises à l’abri. « Pendant la vague de froid, on peut espérer que tout le monde trouvera un toit sauf ceux qui sont sous les radars et ont cessé d’appeler », prévoit néanmoins Eric Pliez, le président du Samu Social et directeur général de l’association Aurore. En Ile-de-France, 1.000 places pérennes sont disponibles, 200 le seront prochainement et la Ville de Paris a ouvert plusieurs gymnases pour 400 personnes.

Précarisation croissante

« Depuis 2012, nous sommes passés de 82.000 à 120.000 places d’hébergement en sortant d’une gestion hivernale au coup par coup », s’est félicitée Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement et de l’Habitat durable lors de ses voeux ce mardi. L’augmentation du budget d’hébergement de 1,5 à 1,7 milliard d’euros ne suffit pourtant pas à la construction de lieux adaptés, puisque l’Etat loge chaque nuit quelque 30.000 personnes dans les hôtels d’Ile-de-France. L’appel à projets lancé par le gouvernement en septembre dernier pour créer 5.000 places supplémentaires comme première alternative à ce système a reçu peu de réponses et son instruction a pris du retard. Ses résultats devraient être dévoilés à la fin du mois.

Si la plupart des associations reconnaissent les efforts accomplis par le gouvernement, Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars), juge la situation particulièrement difficile cet hiver, en particulier depuis 15 jours. « La mobilisation sur le plan grand froid a tardé et la promesse du ministre de l’intérieur d’héberger chaque personne souhaitant l’être va être difficile à tenir », prévient-il. Pour lui, les difficultés se concentrent à Lyon, Grenoble, Lille ou Paris, même s’il salue l’engagement de la maire de Paris (lire ci-dessous). La Fnars souligne enfin la précarisation croissante des personnes aidées. « Nous constatons une hausse de 7 % des appelants du 115 dans 45 départements en un an. C’est l’effet de la crise économique, de la crise du logement et de celle des migrants.»

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/immobilier-btp/0211700970709-grand-froid-mobilisation-generale-sur-lhebergement-durgence-2057864.php#DsF2iphuKt2WSLbs.99

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :