La propagande sondagière continue : Macron premier de la classe Présidentielle-2017

barometre-politique


Comme ces dégénérés n’apprennent jamais rien de leurs expériences et que de toute façon tout ceci est voulu et contrôlé de la haut, la propagande sondagière imbécile continue et essaie de nous vendre le bankster E. Macron comme le sauveur de la France. Rein que ça ! Après avoir participé au gouvernement Hollande/Valls, après avoir détruit la planète avec leur spéculations criminelles, il vient se présenter tel le messie sauveur ! On a rarement vu un peuple et des élites médiatico-politiques aussi stupides…


Pour la première fois, Emmanuel Macron passe en tête du baromètre politique Odoxa- La Dépêche du Midi. Autre enseignement de l’étude, le scepticisme des Français sur la primaire à gauche… et François Fillon déjà à la baisse.

Quoi de neuf «identifiable» sur un front politique bien encombré ces dernières semaines ? Un sondage, qui n’est pas un pronostic mais une photographie de l’opinion, a le mérite de figer à l’instant T une situation qui restera évolutive au fil des étapes jusqu’au sprint final de la présidentielle au printemps 2017.

A cette aune, la dernière livraison (décembre 2016) de l’étude Odoxa-la Dépêche du Midi, reflète le tempo politique du moment. Avec deux constantes, négative ou positive selon les intéressés. Confirmation en négatif, l’étude Odoxa retient notamment que «la popularité «personnelle» de François Hollande a progressé depuis son renoncement, mais pas, sa popularité «professionnelle, 82 % des Français pensent toujours qu’il «n’est pas un bon Président». Une cote de popularité qui pourrait repartir à la hausse si ceux qui en portent une part de responsabilité défendent ce bilan lors de la primaire à gauche. Ou pourquoi pas hors de la primaire…

Confirmation positive en revanche pour Emmanuel Macron dont Odoxa pointe l’échappée solitaire en terme de popularité. Pour la première fois, le trentenaire passe en tête du palmarès de l’adhésion politique. Gaël Sliman, président d’ Odoxa, parle même de «bombe Macron».

Pour autant, l’ex banquier ne fait pas de bond en avant. Sa côte d’adhésion (35 %) est égale à celle du mois précédent. Simplement, dans ce faux plat entre deux primaires, si Macron n’avance pas, ce sont les autres qui reculent. Ainsi, Alain Juppé, hier indétrônable, quitte sa première place, dévissant assez logiquement après son échec lors de la primaire à droite (33 %, -4). François Fillon, dopé dans un premier temps par sa large victoire, a déjà pris la pente en sens inverse, subissant un recul encore plus spectaculaire que son concurrent malheureux (31 %, -6), plombé» dans l’opinion française par le dévoilement de son programme de régression sociale et ses ambiguïtés internationales (Poutine, la Syrie). Des positions qui suscitent un trouble persistant dans son propre camp.

Concernant le phénomène Macron, d’aucuns regretteront sa non-participation à la primaire qui aurait permis d’éclairer le débat politique. Si l’on en juge les cotes de popularité respectives de Macron et Hollande, le premier au plus haut, le second au plus bas, il semble en effet que les Français n’établissent pas de lien entre la politique du Président et celle de son ex-ministre de l’Economie, pourtant à l’origine du tournant social-libéral du quinquennat.

Simple effet de style, d’âge, de posture, de longueur de «pattes», alors ? Un peu de tout cela sans doute car l’étude Odoxa apporte un autre éclairage sur la question. Les Français apprécient un compétiteur dont ils peinent à définir la couleur du maillot. Voilà Macron en 6e position chez les sympathisants de gauche (loin derrière Christiane Taubira… et en 3e position chez les sympathisants de droite, coincé entre Juppé et Sarkozy (il est 7e chez les sympathisants FN). L’avenir dira si on peut ainsi sans péril rouler à droite, à gauche et au milieu de la route.

A la lecture du sondage, Macron peut cependant estimer sage de se tenir à l’écart du peloton de la primaire à gauche. Et pourtant, relève Gaël Sliman, «les quatre principaux favoris (Valls reste en tête suivi de, Montebourg, Hamon, Peillon) suscitent un rejet massif».

Mais Odoxa souligne, en revanche que, «quel que soit le vainqueur, les trois quarts des Français (73 %) ne pensent pas que cette primaire permettra à la gauche de se doter d’un candidat en position de force pour 2017» (56 % des sympathisants de gauche pensent la même chose). A moins que… Seule une primaire réussie (qualité du débat plus forte mobilisation) pourrait modifier cette photographie de l’opinion.

La gauche en grand danger ?

67 % des Français et 55 % des sympathisants de gauche anticipent que la gauche puisse disparaître du paysage politique, indique l’étude Odoxa. Disparition temporaire (56 %) plutôt que définitive (11 %), mais tout de même… Le fruit à la fois des divisions affichées au sein de la gauche et même au sein du PS, avec pour conséquence une gauche «plus fragilisée que jamais à moins de six mois d’une élection présidentielle», relève l’institut Odoxa.

A la lumière de l’histoire, cependant, il est clair que le sort de la gauche, qui en a vu d’autres, ne dépend pas d’une élection, fut-elle, présidentielle. Chacun se souvient ainsi du score de la gauche non communiste en 1 969 (Defferre à 5 % !). En 1971, le PS se refondait à Epinay. En 1981, François Mitterrand entrait à l’Elysée. Mitterrand, candidat de l’… Union de la gauche. Ce sont les peuples qui écrivent leur histoire.

Daniel Hourquebie – La Dépêche

Publicités

Laisser un commentaire ou faites un don, c'est au choix!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s