Jeux sur votre smartphone : quand c’est gratuit …

 Le mot de M. Menier: Quand c’est gratuit, c’est vous qu’on pille!!!


Près d’un Français sur deux* joue à des jeux vidéo dématérialisés. Un succès grandissant pour les applications de jeu souvent gratuites et addictives mais qui se montrent gourmandes en données.

Pokemon GO

Quels usages ?

Un joueur moyen consacrerait plus de 5 heures par semaine aux jeux « free to play » (gratuit) * depuis leur tablette ou encore leur smartphone. La plupart de ces jeux s’obtiennent gratuitement en un clic et sont particulièrement adaptés aux situations de mobilité (train, métro…), ou aux périodes d’inactivité (file d’attente, pause journalière…).

Derrière chaque modèle économique, la collecte de données …

Il existe une multitude de modèles économiques pour les applications mobiles « gratuites » de jeu qui vont de la publicité (in-app ou hors app) à des micro-paiements ou du freemium (pour obtenir des avantages et des options, accélérer sa progression ou accéder à d’autres niveaux) en passant par du sponsoring ou la promotion de services commerciaux plus traditionnels.

Dans tous les cas, la gratuité n’est qu’apparente, ces applications s’appuyant plus ou moins directement sur la collecte des données générées par les utilisateurs à partir de leur smartphone. C’est particulièrement vrai pour la donnée de localisation la « donnée reine » du smartphone, une des véritables contreparties du jeu qui s’avère très précieuse pour affiner le ciblage publicitaire.

… pour encourager l’achat

Les éditeurs profitent également de l’engagement des joueurs pour collecter de nombreuses données comportementales (patience du joueur, goût du risque, découragement face à un obstacle…). Certains éditeurs souhaitent exploiter au mieux le comportement du joueur afin d’encourager l’achat pour mieux progresser dans le jeu. Des techniques qui s’appuient sur les mêmes mécanismes de frustration et de récompenses que les jeux de hasard et les casinos.

… pour les partenariats commerciaux

Enfin, les jeux basés sur la localisation – comme Pokémon Go qui bénéficie d’une base importante d’utilisateurs – attirent les personnes vers des espaces physiques commerciaux (des magasins partenaires, des marques sponsorisant des lieux,…).

Concrètement, plutôt que de revendre les données de ses utilisateurs, l’éditeur du jeu préfèrera inciter ses joueurs à se rendre chez ses partenaires commerciaux. Ces derniers rémunéreront plus ou moins l’éditeur selon la qualité des profils qui franchiront leur porte. Ainsi, plus les données collectées par l’application sont précises, plus le profilage du joueur/consommateur est fiable, meilleure sera la rémunération de l’éditeur.

Pokemon GO au Japon

Du joueur au consommateur il n’y a qu’un pas !


Pourquoi se montrer vigilant sur vos données ? Beaucoup d’informations collectées sur vous

Face au manque de transparence de certaines applications, beaucoup d’utilisateurs n’ont pas conscience de la quantité d’informations personnelles qu’ils sont susceptibles de transmettre vers l’extérieur ni de savoir où elles vont, ou encore à quelles fins elles peuvent être utilisées. Il ne faut jamais oublier qu’un jeu gratuit implique une contrepartie à obtenir de la part du joueur.

Vigilance face au risque des applications malveillantes

Une récente étude* révèle que 31% des joueurs en ligne ont déjà été victimes d’un préjudice (virus, piratage d’un compte de jeu, surfacturation de communications, …etc.). Sous couvert de proposer une expérience gratuite, une application malveillante peut accéder à des informations dont elle n’a pas besoin , contenir un virus ou encore subtiliser certaines informations bancaires ! D’autres applications peuvent tout simplement présenter des défauts de sécurité.

Quels conseils pour les joueurs ?

  • éviter d’utiliser des apps tierces non-officielles ou de télécharger des applications de sources inconnues ;
  • lire les commentaires des utilisateurs sur le magasin d’applications: paramétrer la recherche d’avis selon les commentaires les plus récents ;
  • vérifier les permissions demandées avant d’accepter une application ;
  • lorsque cela est possible, limiter le nombre d’informations nécessaires à l’inscription : entrer un pseudonyme, utiliser une adresse mail pourriel… ;
  • utiliser un mot de passe différent de ceux utilisés sur les autres services en ligne ;
  • éteindre les applications quand on a fini de jouer et les supprimer quand on ne les utilise plus ;
  • si l’appareil le propose, appliquer les paramètres de protection de la vie privée protecteur : par exemple, en n’autorisant pas l’accès aux contacts si ce n’est pas utile ;
  • désactiver l’accès de l’application à la géolocalisation du smartphone lorsqu’elle n’est pas nécessaire : si la géolocalisation est indispensable au jeu, il est possible d’éteindre la fonctionnalité une fois le jeu fermé ;
  • si le jeu vous encourage à prendre des photos, pensez aux autres personnes autour de vous, et ne les prenez pas en photo sans leur consentement ;
  • renouveler régulièrement votre identifiant publicitaire.

* Etude sur le Jeu Vidéo Dématérialisé – Hadopi – 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s