Nice, laboratoire des nouvelles technologies de ‘Smart City’

Selon une étude de Juniper Research, Nice fait partie du « top 5 des villes intelligentes » après Barcelone, New-York et Londres mais devant Singapour. Qu’il s’agisse de se déplacer, de visiter les monuments de la cité azuréenne ou trouver un vélo en libre service, il y a une app’ pour ça…

Sous l’impulsion de Christian Estrosi, la municipalité de Nice tente depuis plusieurs années de faciliter le quotidien de ses administrés et des nombreux touristes de la côte d’azur grâce aux nouvelles technologies.

place-massena-nice

Des partenaires d’envergure

Les leaders mondiaux tels que IBM, Cisco, EDF, Orange ou Véolia se pressent à Nice pour tester leurs nouveaux dispositifs dédiés à la Smart City.

Mais pour comprendre comment cette ville de 350.000 habitants a géré sa mue en une des villes les plus connectées du monde, il faut s’intéresser à l’usage qui est fait des milliers de capteurs enregistrant chaque jour plusieurs millions de données qui sont ensuite croisées pour être valorisées.

A la clé, d’importantes économies d’énergie et plusieurs milliers d’emplois créés mais aussi quelques critiques concernant la vie privée de certains habitants qui se sentent pistés selon le JDD :

« (…) cette ville ultraconnectée a une face B : les faits et gestes de chacun peuvent être disséqués. Le projet de boulevard connecté de Cisco a valu à la ville un reportage d’Envoyé spécial sur des failles de sécurité. »

Pour autant, Nice a pris le parti de maitriser son évolution vers une métropole entièrement connectée. Si la plupart des informations collectées ne sont pas nominatives, la ville contrôle toute la chaîne de production de données, jusqu’aux tuyaux et au stockage. La ville de Nice possède notamment son propre data center, pour ne pas stocker les données comportementales de ses administrés dans un cloud à la localisation géographique incertaine.

Dans les logements sociaux comme au sein des bâtiments publics, la dépense d’énergie est mesurée et comparée grâce à des milliers de points de relève : Nice comptera 5 millions de capteurs en 2020 !

Ces milliards de données doivent être valorisées mais permettent déjà de constater des conséquences économiques positives : les bâtiments publics niçois ont réalisés de 20% à 40% d’économies d’énergie en 2015.

L’éclairage public a également réalisé 10% à 30% d’économies en une année ; même constat dans le cadre de la gestion du ramassage et du traitement des déchets : ce sot plus d’1 million d’euros économisés.

« On ouvre un monde nouveau, qui va changer complètement notre mode de fonctionnement »
– Christian Estrosi, maire de Nice / président de la métropole Nice Côte d’Azur

La ville intelligente est aussi un gisement important de nouveaux emplois : 4.500 ont été créés en 5 ans à Nice et 20.000 supplémentaires seront créés dans les années à venir.

A Nice et aux alentours –notamment dans la zone de Sophia-Antipolis– les géants mondiaux et les startups innovantes installent leurs centres de recherche pour profiter de ce terrain d’expérimentation en conditions réelles.

Des applications citoyennes

Une application « Gestion des risques » permet d’alerter les habitants de Nice en cas de phénomène climatique inhabituel ou de pollution atmosphérique anormalement élevée. Les administrés peuvent la télécharger gratuitement sur leurs smartphones pour être tenu informés de ces incidents.

Au jour-le-jour, on peut aussi utiliser son mobile pour régler ses achats grâce au paiement sans-contact, adopté massivement par plusieurs milliers de commerces, lieux culturels et jusqu’au réseau de transport en commun niçois.

surveillance-camera-securite-ville

Les touristes apprécieront aussi les centaines de QR codes disposées dans la ville à proximité des lieux historiques. Chacun propose des contenus actualisés par l’office du tourisme de la ville pour proposer des explications historiques et architecturales concernant les monuments remarquables de la cité.

Certaines zones de la ville sont même encore plus en pointe : le parc Phoenix par exemple, a été équipé de Beacons pour guider les tourises au sein de contenus multimédias interactifs. Ces émetteurs bluetooth (NFCOMsignalent les espèces animales ou végétales à proximité et prodiguent les recommandations adéquates en 3 langues : français, anglais et italien.

Les milliers de capteurs disposés en ville sont utilisés pour trouver une place de stationnement libre, réduire son temps de transport, sa consommation d’eau ou d’électricité… jusqu’au réseau de ‘vélos bleus‘ dont on peut consulter la disponibilité facilement sur l’application mobile correspondante.

Une autre permet en revanche d’alerter les services techniques de la Mairie de Nice : nids de poule, signalisation défectueuse ou crottes de chien sur le trottoir peuvent être signalés grâce à « Service Bleu » (iOS – Android) une application mobile qui enverra des un inspecteur de proximité sur les lieux dès l’envoi d’une photo constatant une anomalie sur l’espace public niçois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s