En 2006, Hollande dénonçait la « brutalité » du 49.3, qui est un “déni de démocratie”

Le Mot de Mustapha Menier: Et tous les sites du peuple de relayer… « Le 49.3 est une brutalité, un déni de démocratie! » bla bla blaaaa et bla bla blaaaa! Oh les gars vous avez cru que cela vous concernait ou avez-vous juste saisit l’occasion pour taper une fois de plus sur Le Président, nannn parce que si c’est une brutalité et je veut bien concevoir que c’en est une! elle n’est pas dirigé contre vous mais contre le système de la démocratie représentative, c’est lui et uniquement lui que vous défendez là! sa y est vous voyez ou je veut en venir! ptin en vérité j’en ai raz le bol de vous entendre tous geindre comme des tafiolles (propos volontairement homophobe!), je vous entends tous gueuler que Hollande est une merde, que le gouvernement va à l’encontre des intérêts des Français… avez vous seulement conscience de ce monde dans lequel ont évoluent présentement, qu’auriez vous fait vous? et ou cela nous aurait-il conduit?! oh, je ne m’adresse pas à vous messieurs les politiques! je sait bien que vous vous presseriez tous au portillon pour m’expliquer avec sincérité en toute bonne volonté ce que vous n’auriez pu faire, je m’adresse à tous ces admins de site de reinformation, de site du peuple qui ont passé leur 4 dernières années à chier toute leur haine et accessoirement leur connerie sur Le Président que je ne soutiens pas! sinon contre ces derniers (et quelques autres aussi!) et pour qui bien entendu, je n’ai pas voté contrairement à beaucoup de ces derniers…(et quelques autres aussi!).

Qui aurait fait mieux, ou seulement moins pire ? Qui ?

Et encore une fois cela me coute d’être d’en l’obligation de devoir écrire cela! puisque personne ne le fera… ne vous étonnez donc pas, si ici et là, je vous envoi […] ramasser des noix.


À l’heure actuelle, tous les États démocratiques sont des démocraties représentatives, dans lesquelles les lois sont élaborées par des représentants élus par la population ou par le gouvernement, et votées par le parlement.

Cependant, la démocratie représentative peut être complétée par des mécanismes de démocratie directe, appelés ainsi parce qu’ils donnent directement le pouvoir de décision aux citoyens dans certaines circonstances. La démocratie représentative a toujours fait l’objet de nombreuses critiques. Outre que la représentativité des élus n’est pas parfaite, en raison entre autres des limites apportées au droit de vote, la démocratie représentative a pour principal inconvénient de confier le pouvoir de décision, non au peuple lui-même comme l’idée de démocratie le suggère, mais aux représentants élus par la population et à des gouvernements désignés au second degré, sans parler de désignations plus indirectes encore dans les organismes d’intérêt public ou dans d’autres institutions.

La population est ainsi dépossédée de son rôle de souverain, au profit de ce qu’il est convenu d’appeler le monde politique, dans lequel les partis jouent un rôle important.

Le principal avantage de ce système tient précisément au fait que les décisions (lois, arrêtés, mesures gouvernementales…) sont prises par des élus ou des professionnels de la politique qui peuvent consacrer du temps à étudier les décisions à prendre et qui sont supposés aptes à nouer des compromis et à concilier les intérêts particuliers qui s’affrontent.

On attend ainsi des représentants qu’ils aient une certaine indépendance par rapport à ceux qui les ont élus (pas de mandat impératif), qu’ils créent un certain écart entre la volonté populaire immédiate et la décision politique : le système représentatif permet d’éviter que le peuple fasse lui-même la loi.


La démocratie directe rend son rôle de souverain à la population en lui permettant de prendre elle-même certaines décisions, notamment par la technique du référendum ou celle de la consultation populaire.

Elle constitue une tradition forte dans certains pays, dont le plus emblématique est la Suisse, mais seul un petit nombre de décisions sont prises par cette voie. Elle repose sur le principe selon lequel la population dans son ensemble prendra la meilleure décision, étant directement concernée par les conséquences de son choix : elle est supposée savoir, mieux que les élus, où résident sa volonté et ses intérêts.
La démocratie représentative est aussi complétée, à des degrés divers selon les pays, par des mécanismes de consultation (hors consultation populaire) et de concertation. On peut parler à leur sujet de « démocratie participative », ces mécanismes permettant à la population de participer à l’élaboration des décisions en étant consultée, en débattant, en proposant, en déposant des pétitions, le dernier mot revenant à des représentants élus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s