Le Marché transatlantique pour les nuls – suite & fin

Le Mot de M Menier: Comme si notre nourriture à nous, la masse laborieuse n’était pas déjà chimique… Ah on me dit dans l’oreillette que cela ne nous concerne pas en effet! alors allez tous vous faire enculer par qui on sait!


 

Le poulet européen sera-t-il lavé chimiquement à l’américaine ?

par  Dominique Loriou

Les poulets européens échapperont-ils au lavage chimique ? © SIPA/ GILE MICHEL

Selon une organisation européenne de consommateurs, le ministère de l’Agriculture américain demande à l’Union européenne de faire appliquer le lavage chimique des volailles au nom d’une meilleure hygiène alimentaire.

Les poulets vendus en Europe pourraient bientôt devoir être trempés dans des solutions chimiques avant de pouvoir être commercialisés. La proposition émane de la Commission européenne et sur demande américaine.

Derrière cette proposition, il y a la main des Etats-Unis, motivée par une meilleure hygiène alimentaire, selon les critères appliqués dans le pays. Outre Atlantique en effet les rinçages chimiques sont utilisés à grande échelle dans les usines de volailles pour combattre notamment les bactéries et surtout le campylobacter, cause majeure d’intoxication alimentaire. Du coup, le département de l’Agriculture américain aimerait voir l’Europe appliquer ces mesures. L’occasion pour l’organisation des consommateurs européens de monter au créneau pour dire non « aux poulets chimiques ».

Le non au poulet chimique du Bureau européen des unions de consommateurs : le reportage de Dominique Loriou

Camille Perrin chargée des questions alimentaires au Bureau européen des unions de consommateurs  (BEUC) explique ainsi son refus : « On veut que l’Union européenne agisse pour rendre notre poulet plus sûr, parce que le campylobacter est un problème de santé publique mais il existe d’autres façons d’y parvenir ».

« En Europe, on a cette philosophie qu’on appelle ‘de la ferme à la fourchette’. Elle implique que l’on mette tout au long de la chaine alimentaire des mesures pour prévenir la contamination. L’idée, ce n’est pas d’utiliser en fin de chaîne un traitement dont l’efficacité laisse à désirer. »

Camille Perrin ajoute que « plusieurs études ont démontré que les Européens n’ont absolument aucune envie de manger du poulet traité avec des produits chimiques ». Il reste à informer les experts des Etats membres de l’Union européenne, mais toutes les discussions se déroulent à huis clos, sans que le consommateur puisse intervenir.

Publicités

Laisser un commentaire ou faites un don, c'est au choix!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s