Nestlé continue à voler l’eau de la planète en pleine sécheresse

Nestlé continue à voler l’eau de la planète en pleine sécheresse

En Californie comme dans d’autres régions du monde, Nestlé draine les nappes aquifères pour en retirer des quantités d’eau gigantesques que la multinationale revend ensuite aux citoyens via des dizaines de marques différentes, réalisant au passage un profit non négligeable.

Rien que dans la ville de Sacramento, Nestlé draine chaque année plus de 300 millions de litres d’eau. Est-ce un hasard si Sacramento subit sa quatrième année de sécheresse consécutive ? Bien entendu. Sinon, Nestlé cesserait immédiatement de lui voler son eau et de la revendre aux citoyens assoiffés, réalisant de facto un bénéfice important. D’ailleurs, Nestlé figure parmi les marques qu’il convient de boycotter si on défend, entre autres, la cause palestinienne face à l’oppression, aux crimes et aux vols de terre de l’entité luminophile. Une entreprise modèle, en somme.

Le 17 mars, une conférence de presse s’est donc tenue à la mairie de Sacramento. Des militants ont notamment fait part de leur colère concernant ce vol de ressources naturelles censées être un droit fondamental de tout Homme.

Après avoir fourni les données nécessaires à une équipe de singes en rut (sur lesquels nous menons secrètement des expériences destinées à les convaincre de ne pas glisser des Quenelles en présence de Manuel Valls afin qu’il ne sombre pas définitivement dans un état végétatif à la suite de la crise d’apoplexie probable dont il serait victime), il s’avère que pour chaque mètre cube d’eau extrait du sol californien, Nestlé paie 36 centimes d’euro.

Soit 0,00036 € par litre d’eau

Sachant que Nestlé revend en moyenne cette eau à 0,33 € par litre, et que l’eau de ville est en moyenne 47 fois moins chère, la rédaction de Quenel+ est en mesure d’affirmer catégoriquement que Nestlé est une sorte d’alchimiste qui transforme l’eau en testicules d’or et le malheur de la plèbe en argent sonnant et trébuchant.

Quant à savoir si les brillants esprits de chez Nestlé seront en mesure de transformer leur argent en eau et la colère du peuple en douces caresses de plumes, c’est une autre histoire.

La Crunch-Nestlé Alliance, une coalition de militants engagés pour l’environnement, d’Indiens d’Amérique et autres citoyens inquiets, ne décolère pas : 

Nestlé ne paie que 65 centimes tous les 1 800 litres d’eau pompés du sol, soit la consommation moyenne d’un foyer résidentiel. Mais Nestlé s’empare de cette eau locale pour la revendre aux habitants de Sacramento et faire des bénéfices. Nestlé fait donc usage d’une quantité d’eau virtuellement infinie (près de 300 millions de litres provenant des nappes aquifères locales) tandis que les citoyens de Sacramento et d’autres villes de Californie ne consomment que 7 à 10 % des eaux de l’État de Californie, et subissent de surcroît des privations et des restrictions importantes.

La coalition Crunch-Nestlé Alliance

Selon ces mêmes militants, les dirigeants de la ville de Sacramento ont refusé toute tentative d’obtenir des informations sur l’usage que Nestlé fait de cette eau. Les militants ont donc contacté le conseil de la ville de Sacramento afin d’exiger que Nestlé soit contraint de payer cette eau aux deux tiers du tarif commercial, ou bien soit tout du moins taxé sur ses profits.

ARROWHEAD MORONGO NESTLE

Le porte-parole de la coalition Crunch-Nestlé Alliance, Andy Conn, estime pour sa part que : 

Le fait que Nestlé s’empare presque gratuitement de ce bien public est un scandale, cela requiert une enquête approfondie. Pendant plus de cinq mois, nous avons demandé de pouvoir consulter l’usage que Nestlé fait de cette eau. La mairie s’est refusée d’accueillir favorablement notre requête et ne nous a laissé en aucune façon entendre qu’elle le fera un jour ou l’autre. Les habitants de Sacramento ont le droit de savoir comment la mairie utilise l’argent de leurs impôts, et où va cet argent. Dans ce cas précis, il s’agit d’un braquage en bande organisée.

Andy Conn, porte-parole de la Crunch-Nestlé Alliance

Nestlé est le leader mondial de la vente d’eau en bouteille. Dans son empire, on retrouve des marques telles que Perrier et San Pellegrino. Nestlé est fréquemment la cible de militants pour les droits de l’Homme en raison de ses nombreuses violations de ces droits fondamentaux. Le droit à l’eau est en effet un sujet tabou chez Nestlé, puisque son président, Peter Brabeck, est clairement opposé à ce supposé droit universel à l’eau. En l’an 2000, aux Pays-Bas, Nestlé avait déclaré lors du Forum mondial sur l’eau que cette dernière était un besoin, et pas un droit de l’Homme.

Nestlé n’hésite pas à faire assassiner les opposants gênants

En novembre 2012, le syndicaliste colombien Oscar Lopez Trivino est devenu le treizième employé de Nestlé à être assassiné par une organisation paramilitaire alors que de nombreux collègues à lui étaient en train de mener une grève de la faim pour protester contre le refus de Nestlé d’entendre leurs revendications.

Crunch-Nestlé Alliance

oscar lopez trivino

La sécheresse risque d’être un problème majeur pour toute la Californie

Tandis que le peuple risque bien de mourir de soif ou de payer au prix fort une eau qui devrait logiquement être disponible par le réseau de distribution citadin, Nestlé réalise d’énormes profits. Et les pouvoirs publics locaux ont sans doute touché leur partie du butin, puisqu’ils ne semblent absolument pas disposés à collaborer avec les citoyens, logiquement en colère. On pourrait cependant attendre de la classe politique qu’elle mette en place un plan d’urgence digne de ce nom afin de faire face aux sécheresses de plus en plus intenses à venir, mais rien n’est plus éloigné de leurs préoccupations.

C’est une réalité très difficile à accepter, mais les choses sont ce qu’elles sont : la Californie est presque à sec. Et c’est un problème qui ne date pas d’hier. Les données de la NASA montrent que les réserves d’eau de Californie sont en forte baisse depuis au moins 2002, quand la supervision par satellite a débuté. Cependant, l’appauvrissement du sol en eau est un problème qui date du début du 20e siècle. Actuellement, l’État de Californie dispose tout au plus d’un an de réserves en eau, et notre réserve stratégique d’eaux souterraines s’estompe à grande vitesse. La Californie ne dispose d’aucun plan d’urgence digne de ce nom pour ce cas de figure (ne parlons pas d’une sécheresse qui durerait plus de 20 ans). Le seul plan d’urgence dont nous disposons actuellement consiste à rester en situation d’urgence et à prier pour qu’il pleuve.

Crunch-Nestlé Alliance

pray-for-running-water-large

Advertisements

Une réflexion sur “Nestlé continue à voler l’eau de la planète en pleine sécheresse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s